Tout sur Wallonie

Les lignes "W.E.L.", alternative à la voiture pour se rendre au travail

Les TEC ont annoncé mardi à Mons, en présence du ministre wallon de la mobilité, Carlo Di Antonio, le lancement de leur nouveau concept "Wallonia Easy Line (WEL)". La nouvelle offre de mobilité, qui sera lancée le 29 avril sur six lignes rapides, permettra d'oublier la voiture pour se rendre au travail.

Lacs, étangs, plages... Où se baigner en plein air en Wallonie durant l'été

Vingt-et-un sites officiels de baignade en plein air seront ouverts au public dès le 15 juin en Wallonie. Quatre zones resteront par contre fermées pour cause de réhabilitation et d'aménagement, tandis que huit seront interdites en raison de la qualité insuffisante de l'eau, annonce le ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio.

Devenez un chasseur de primes

Des primes, mais plus de déprime ! Guichet unique, aide d'un auditeur énergétique et hiérarchisation des travaux, la voie est enfin toute tracée pour les primes énergétiques...

Les fortes chaleurs ont réduit le nombre de morsures de tiques en 2018

En 2018, 8.328 morsures de tiques ont été rapportées en Belgique sur le site www.tiquesnet.be et via l'application pour smartphones du même nom, indique le centre fédéral de recherche Sciensano. Très peu d'entre elles ont été signalées au mois de juillet, car ces acariens sont très sensibles à la sécheresse qui a touché le pays durant le printemps et l'été dernier. Un phénomène qui a toutefois davantage touché le nord que le sud du pays.

Les Belges de plus en plus adeptes du commerce en ligne

Les Belges ont dépensé 10,67 milliards d'euros en ligne en 2018, soit un demi-milliard en plus que l'année précédente, annonce mercredi BeCommerce, l'association belge des boutiques en ligne et des entreprises de vente à distance. C'est un nouveau record pour le commerce électronique en Belgique.

Le saviez-vous ? Le papillomavirus n'est pas aussi rare qu'on ne le pense

D'après une récente enquête, 53% des Belges interrogés pensent à tort que le papillomavirus (HPV) est rare. Or, il touche 80% des femmes et des hommes sexuellement actifs une ou plusieurs fois au cours de leur vie. Ses conséquences sont également largement méconnues au sein de la population.