Tout sur UZ Brussel

Une dizaine de centres hospitaliers belges vont participer à une nouvelle étude clinique internationale, My PeBS, visant à évaluer les bénéfices d'un dépistage du cancer du sein personnalisé dont la fréquence et les modalités seront adaptées au risque individuel de chaque femme, a indiqué lundi l'Institut Jules Bordet. 85.000 femmes volontaires âgées de 40 à 70 ans et n'ayant jamais eu de cancer du sein sont appelées à participer.

La thrombose est l'obstruction d'une veine ou d'une artère par un caillot de sang. Elle peut survenir partout, des yeux aux orteils, mais les conséquences varient fortement selon l'endroit où elle se produit.

Les patients souffrant de douleurs chroniques et les médecins ont un point de vue souvent différent sur la réelle efficacité d'un traitement contre la douleur. "Il ne faut pas simplement se focaliser sur l'intensité de la douleur. Les patients chroniques veulent également pouvoir reprendre le fil de leur vie. Cela nécessite une approche holistique", déclare le neurochirurgien Maarten Moens (UZ Brussel).

Après une chirurgie du dos, 1 patient sur 3 éprouve encore des douleurs chroniques, ce qu'on appelle le Failed Back Surgery Syndrome (FBSS). Ces patients peuvent bénéficier d'un neurostimulateur, susceptible d'alléger leur souffrance. Jusqu'à présent, il n'était pas facile d'évaluer son efficacité pour le patient. Mais une nouvelle étude a pour la première fois développé un modèle capable d'estimer avec précision l'efficacité de ce traitement.

L'immunothérapie, qui a déjà fait ses preuves dans le traitement de plusieurs pathologies, se révèle également prometteuse contre le cancer colorectal métastasé, ressort-il d'essais cliniques menés conjointement par l'UZ Brussel (VUB), l'Institut Jules Bordet (ULB) et l'UZ Leuven (KUL).

L'arrivée de l'immunothérapie contre les cancers dits incurables, comme les mélanomes et les tumeurs pulmonaires, est étonnante. Les chances de survie augmentent de manière spectaculaire et l'espoir ne cesse de grandir. Mais il faut également accorder une grande attention au bien-être psychologique du groupe croissant de survivants.

Traiter une deuxième fois les patients atteints d'une forme avancée de mélanome avec un traitement qu'ils ont déjà reçu peut être efficace, montre une étude de l'établissement hospitalier UZ Brussel menée sous la direction du professeur Bart Neyns et publiée dans la revue médicale "The Lancet Oncology".