Tout sur travailleurs

Le salaire reste la principale motivation à travailler pour les Belges, mais il n'est pas prioritaire dans les conditions indispensables pour accepter une fonction. Qu'est-ce qui retient un travailleur chez son employeur actuel? Et qu'est-ce qui le pousserait à changer d'entreprise?

En 2021, les travailleurs des entreprises belges ont plus que jamais été absents au travail en raison de maladies de courte durée, ce qui correspond à une maladie de moins d'un mois. Près de 2,5% des heures ouvrables n'ont pas été prestées en raison de maladies de courte durée, soit le taux le plus élevé des cinq dernières années. Ce sont les résultats d'une enquête de l'entreprise de services RH Acerta.

L'idée d'un budget mobilité proposé à tous les travailleurs et non uniquement à celles et ceux qui ont droit à une voiture de société a remporté les faveurs de sept répondants sur dix à une enquête de Touring, indique l'organisation de mobilité. Un tiers des sondés souhaiterait bénéficier d'un montant d'au moins 500 euros par mois.

Avec la crise sanitaire, les indépendants réalisent que les indemnités forfaitaires sont insuffisantes. Ils demandent davantage de protection sociale en cas de perte de revenus. Autre constat : ils craignent de ne plus pouvoir travailler en bonne santé jusqu'à l'âge de la retraite.

Depuis le 1er août, les entreprises qui ont obtenu de bons résultats financiers pendant la crise sanitaire peuvent octroyer à leurs travailleurs et travailleuses une prime corona jusqu'à 500 euros. Jusqu'à présent, environ 3% des travailleurs l'ont perçue, selon le spécialiste RH Acerta mardi. Elle peut être octroyée jusqu'au 31 décembre.

Près d'un quart (23%) des travailleurs et travailleuses disposent d'une voiture de société pour se rendre au boulot et plus de la moitié (51%) viennent avec leur propre véhicule, ressort-il mardi d'une analyse de l'entreprise de ressources humaines SD Worx sur base d'un échantillon de quelque 620.000 collaborateurs dans 21.000 entreprises.