Tout sur route

Le 1er janvier dernier, la capitale généralisait une vitesse limitée à 30 km/h sur son réseau routier, sauf exceptions. Une mesure qui a permis de réduire d'un quart le nombre de blessés graves et de morts sur les routes bruxelloises, s'est réjouie Bruxelles Mobilité. Les nuisances sonores dues au trafic ont également diminué.

Plus de quatre conducteurs wallons sur dix (42%) ressentent plus d'agressivité dans la circulation, surtout en Wallonie, depuis le début de la crise sanitaire, ressort-il d'une enquête de l'institut Vias menée en décembre dernier sur la manière dont les usagers perçoivent le trafic. C'est davantage qu'en Flandre (36%) et qu'à Bruxelles (35%).

Après des décennies d'amélioration, la pollution de l'air due au trafic routier pourrait augmenter jusqu'à 27% à Bruxelles en raison de l'utilisation accrue de la voiture après le confinement au détriment des transports publics ou d'autres solutions plus propres, alertent Greenpeace et l'ONG Les Chercheurs d'Air. Dans la capitale, mais aussi à Gand et à Charleroi, il y a davantage de circulation automobile qu'avant l'arrivée du coronavirus.