Tout sur fraude

La fraude au "compte à sécurité renforcée" prend pour cible certaines tranches de la population. Celle de nos parents en particulier, celle qui a davantage de capital accumulé au fil des ans, une moindre méfiance par rapport aux arnaques en ligne et par téléphone et un manque d'informations. Attention donc aux messages qui contiennent un lien menant vers un site web factice qui ressemble, à s'y méprendre, à celui de votre banque.

On ne le répétera jamais assez : n'achetez jamais sur un site frauduleux et peu fiable. Avant de passer une première commande sur un site de vente en ligne, veillez à d'abord contrôler sa réputation. Mais comment vérifier la fiabilité d'un site de vente en ligne?

Le secret bancaire? C'est une histoire ancienne. Le fisc peut désormais scruter le solde de tous vos comptes en banque, vos assurances-vie, vos placements en actions, etc.

Pour faire face à la multiplication des tentatives de fraude en ligne, une toute nouvelle application baptisée "Safeonweb" a été créée. Celle-ci rassemble les informations relatives au phishing et avertit en cas de cybermenace ou si de nouvelles formes d'escroquerie en ligne apparaissent.

Faites attention si vous recevez un e-mail de My e-Box! Des arnaqueurs utilisent l'adresse de la plateforme pour piéger les citoyens. En cas d'e-mail suspect, ne cliquez pas sur les liens et ne communiquez jamais vos données privées.

80% des Belges ont déjà été confrontés à du phishing, indique Test Achats. Le phishing, ou hameçonnage, est une technique d'escroquerie sur Internet qui a pour but de subtiliser les coordonnées bancaires des victimes. Selon l'organisation de consommateurs, le risque d'être victime de cette pratique frauduleuse n'a jamais été aussi grand.

Des pièces grandes et illuminées, un jardin à couper le souffle, et des éléments d'époque qui donnent du cachet à la demeure... Et si la maison de vos rêves dissimulait quelques défauts loin d'être anodins? Un conseil : les apparences sont parfois trompeuses, alors ne vous précipitez pas!

Une nouvelle vague de SMS et de courriels frauduleux tente d'escroquer les destinataires au nom de bpost et du SPF Finances, met en garde l'organisation Test Achats. Elle invite les consommateurs à ne pas cliquer sur les liens en cas de doute.

Au cours de l'année 2020, il y a eu environ 67.000 transactions frauduleuses par hameçonnage, pour un montant d'environ 34 millions d'euros en Belgique, annonce la fédération belge du secteur financier Febelfin. Les fraudeurs ont, semble-t-il, profité de cette année de crise "pour tromper les gens en exploitant leur émotion".

Vous avez un besoin urgent d'argent et vous cherchez le prêt le plus avantageux possible? Vous préférez ne pas sortir en raison du coronavirus et vous venez justement de voir dans votre boite e-mail ou sur les médias sociaux une offre de crédit ou de prêt très intéressante : taux d'intérêt bas, durée flexible et pas d'exigence de preuve de revenus. Soyez sur vos gardes, car les prêteurs véreux multiplient les annonces.

L'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) met le public en garde, après avoir reçu plusieurs messages de la part de consommateurs, contre les activités de prêteurs non agréés proposant des faux crédits aux consommateurs.

Des publicités sur les réseaux sociaux pour des vêtements branchés à prix cassés... de l'éclairage d'ambiance afin d'agrémenter les soirées d'hiver pour une bouchée de pain... Ces annonces alléchantes vous renvoient vers des boutiques en ligne inconnues ? Dans ce cas, redoublez de prudence... Il pourrait en effet s'agir de dropshipping, une technique de vente qui gagne en popularité mais qui n'est pas sans risque pour les acheteurs. Le SPF Economie invite donc à la vigilance lors des achats en ligne.

Les activités de prêteurs non agréés proposant des faux crédits aux consommateurs se poursuivent sur internet, notamment via les réseaux sociaux, met en garde mercredi l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA). Elle invite à se méfier des propositions non sollicitées.