Tout sur employé

Près de la moitié des travailleurs belges ignorent les critères sur lesquels se base leur employeur pour déterminer leur salaire. 84% n'ont même pas leur mot à dire quant à la composition de leur package salarial. C'est ce qu'il ressort d'une enquête menée par l'entreprise de services RH Acerta auprès de plus de 2000 Belges.

Si la rotation rapide du personnel sur notre marché de l'emploi est légèrement en baisse depuis quelques années, la pénurie de main-d'oeuvre qui sévit actuellement tire la sonnette d'alarme pour les entreprises belges. Un quart des contrats de travail à durée indéterminée rompus concernent un travailleur engagé dans l'entreprise depuis moins d'un an, selon une analyse du prestataire de services RH Acerta.

Si 39% de travailleurs estiment que la crise due au coronavirus a un impact négatif sur leur santé mentale, une personne sur trois constate, à l'inverse, un effet positif. C'est ce qu'il ressort d'une étude effectuée par l'Antwerp Management School (AMS), l'Université de Gand et B-Tonic.

En 2021, les travailleurs des entreprises belges ont plus que jamais été absents au travail en raison de maladies de courte durée, ce qui correspond à une maladie de moins d'un mois. Près de 2,5% des heures ouvrables n'ont pas été prestées en raison de maladies de courte durée, soit le taux le plus élevé des cinq dernières années. Ce sont les résultats d'une enquête de l'entreprise de services RH Acerta.

À partir du 1er février, les fonctionnaires fédéraux ne pourront plus être appelés par leur supérieur en dehors des heures normales de travail, selon une circulaire de la ministre de la Fonction publique Petra De Sutter (Groen) citée par Het Nieuwsblad, De Standaard, de Gazet van Antwerpen et Sudinfo mardi..

Les travailleurs qui bénéficient d'un niveau élevé de formules de travail hybrides, où ils peuvent déterminer de manière flexible le temps et le lieu de leur travail, sont moins exposés au risque d'épuisement professionnel et éprouvent davantage de satisfaction au travail. C'est ce qu'affirme Idewe, un service externe de prévention et de protection au travail.

Des "Flex Abonnements" SNCB pour les fonctionnaires. L'objectif ? Répondre aux nouveaux besoins de mobilité des travailleurs suite à la généralisation du télétravail. Et se rendre en train sur un lieu de travail fixe à hauteur de 2 à 3 fois par semaine.

Les partenaires sociaux sont parvenus à un accord pour un salaire minimum plus élevé, des heures supplémentaires flexibles et le crédit-temps de fin de carrière. Qu'est-ce qui va changer pour ce crédit-temps de fin de carrière?

Il n'y aura pas vraiment de rétropédalage en matière de télétravail. C'est ce que dit une grande enquête menée auprès des patrons. Le travail à la maison sera bien proposé aux collaborateurs une partie de la semaine. Mais pas partout. Trois patrons sur dix sont réticents.

Au 31 décembre 2020, la Belgique comptait 111.732 personnes en invalidité pour cause de dépression ou de burn-out, selon les données que vient de publier l'Institut national d'assurance maladie-invalidité, citées dans La Libre Belgique. Cela représente une augmentation de 39,23 % par rapport à la situation au 31 décembre 2016, pointe l'Inami.

Seuls 43% des entreprises belges disposent d'une politique préventive concernant le bien-être physique et mental sur le lieu de travail, selon une enquête du spécialiste RH Acerta, de HR Square et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Près d'un cinquième (18%) des entreprises n'entreprend en outre pas encore d'actions concrètes pour améliorer le bien-être de ses travailleurs, malgré la crise du covid.

Bien que près de la moitié des travailleurs belges aient télétravaillé en 2020 en raison de la crise du coronavirus, le nombre de conflits et de cas de harcèlement au travail n'a pas diminué de manière significative. En témoigne le nombre de dossiers de harcèlement que le Groupe IDEWE, service externe de prévention en Belgique, a traités l'année dernière.

Le gouvernement précédent a introduit un programme de réintégration des malades de longue durée dans le monde du travail. Pourtant, il y a aujourd'hui près d'un demi-million de personnes qui souffrent de maladies de longue durée. Qu'en est-il du plan de réintégration ? Qui peut demander cette réintégration ?