Tout sur Christie Morreale

L'Université de Liège a passé un accord avec la Région wallonne pour protéger les résidents des maisons de repos face au Covid-19. Tous les dix jours, le personnel des 600 maisons de repos wallonnes pourront réaliser un test salivaire, rapportent les titres Sudpresse.

Pour alléger la pression sur les centres de tests et les labos, les ministres de la Santé en Belgique et le commissaire coronavirus Pedro Facon ont décidé de revoir la stratégie de dépistage au moins jusqu'au 15 novembre. Les personnes asymptomatiques ne seront plus testées, mais devront respecter une quarantaine de 10 jours.

En Wallonie, les chiens d'assistance auront bientôt leur propre passeport, reprenant les coordonnées du chien, du formateur et les références en matière d'accessibilité, a indiqué la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, en commission du parlement wallon.

A l'initiative de la Ministre de la Santé, Christie Morreale, le Gouvernement de Wallonie va ouvrir deux premières structures intermédiaires de décontamination pour soulager les maisons de repos et les hôpitaux. Au total, environ 50 places seront disponibles dès ce mercredi : 20 lits au centre de Séjour et Santé de Spa-Nivezée et 30 lits sur le site de l'hôpital Vincent Van Gogh à Charleroi.

La Wallonie et Bruxelles interdisent jusqu'au 31 mars les visites dans les maisons de repos et les sorties de leurs résidents, "sauf pour des cas exceptionnels", afin de protéger les personnes âgées du coronavirus, ont annoncé la ministre régionale de la Santé, Christie Morreale (PS) et le cabinet du ministre bruxellois de la santé Alain Maron.

Le gouvernement wallon a dégagé 22 millions d'euros au budget 2020 pour la transformation de 2.266 lits de maisons de repos en lits de maisons de repos et de soins, répartis dans 141 établissements sur l'ensemble du territoire régional, a annoncé la ministre wallonne de l'Action sociale, Christie Morreale (PS).

Abandonnée sous la législature précédente après que la majorité MR-cdH eut volé en éclat à la suite de la défection d'une députée libérale, l'assurance autonomie, censée répondre au défi du vieillissement de la population, est revenue sur la table de la commission des Affaires sociales du parlement wallon.