Tout sur Acerta

Près d'un travailleur sur cinq a l'impression qu'il pourrait bientôt être victime d'un burn-out, ressort-il d'une enquête du prestataire de services RH Acerta et le site d'emploi StepStone. Seuls six travailleurs sur dix sont d'avis que leur employeur se préoccupe de leur bien-être mental, alors que 93% des dirigeants d'entreprise déclarent faire de leur mieux pour l'améliorer.

Un nombre croissant de travailleurs optent pour des avantages extralégaux qui s'inscrivent totalement dans le cadre du télétravail depuis le coronavirus. Ainsi, un deuxième écran, une chaise de bureau ou d'autres accessoires pour le poste de travail à domicile sont 31% plus populaires aujourd'hui qu'en 2020, selon une analyse effectuée par le prestataire de services RH ACERTA.

Seuls 43% des entreprises belges disposent d'une politique préventive concernant le bien-être physique et mental sur le lieu de travail, selon une enquête du spécialiste RH Acerta, de HR Square et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Près d'un cinquième (18%) des entreprises n'entreprend en outre pas encore d'actions concrètes pour améliorer le bien-être de ses travailleurs, malgré la crise du covid.

En 2020, lorsque nous nous sommes rendus sur notre lieu de travail, nous l'avons fait à vélo dans un cas sur trois. Près de 15 % des Belges se rendent désormais toujours au travail à vélo. La voiture reste toutefois le moyen de transport par excellence et un employé belge sur cinq dispose d'une voiture de société, selon le baromètre de mobilité annuel de l'entreprise de services de ressources humaines Acerta.

Fin 2020, il restait encore des jours de congés extralégaux à 75 % des employés, qui ont dû les reporter en 2021. C'est 7 % de plus qu'en 2019. Les employés belges ont déplacé en moyenne 2,5 jours de vacances à cette année. C'est ce qu'il ressort d'une analyse de l'entreprise de services RH ACERTA sur base des chiffres de plus de 120 000 employés.

Près de trois travailleurs belges sur quatre (73%) souhaitent économiser leurs jours de vacances ou heures supplémentaires prestées pour plus tard dans leur carrière, ressort-il d'une enquête de la société de ressources humaines Acerta auprès de 2.000 personnes actives.

Pour un peu plus d'un Belge sur deux (53%), un bon salaire est le facteur de bonheur le plus important au travail, selon une enquête réalisée par l'entreprise de ressources humaines Acerta auprès de 2.000 Belges actifs.

Deux Belges sur trois se disent disposés à travailler temporairement ailleurs si le besoin s'en faisait sentir en raison de la crise du coronavirus, par exemple pour donner un coup de pouce dans le secteur des soins, ressort-il d'une enquête menée par l'entreprise de services de ressources humaines Acerta auprès de 2.000 Belges actifs.

La mobilité de l'emploi est particulièrement faible actuellement en Belgique; une large majorité des travailleurs disent vouloir rester à leur poste actuel, ou plutôt chez leur employeur. Ils ne sont que 15,81% à chercher activement à quitter leur fonction pour d'autres horizons, selon l'enquête annuelle du groupe spécialisé dans les ressources humaines Acerta, publiée mercredi.

Les indépendantes âgées de 53 à 62 ans voient leur salaire augmenter de plus de... 300 % sur une carrière. Et si elles gagnent toujours moins que les hommes, l'écart se réduit.