Selon l'enquête de Securex menée auprès de 1.500 travailleurs, les faits de harcèlement seraient en hausse de 28%, ceux de harcèlement moral de 14% et de discrimination de 13%.

Globalement, 32% des salariés belges disent avoir été confrontés à une ou plusieurs formes de comportement abusif au travail (+11% sur un an). Ils sont aussi 21% à déclarer y souffrir d'agression quand 17% parlent de harcèlement moral, 16% se disent victimes de discrimination et 5% ont même le sentiment de subir un comportement sexuel non souhaité.

Si ces nombres sont élevés, les plaintes restent quant à elles très rares. "Moins d'un employé sur 100 qui se sent victime de comportement abusif au travail soumettra une requête à son service de prévention et de protection au travail", indique Securex. "Le nombre de travailleurs qui déclarent avoir subi un tel comportement augmente deux fois plus vite que le nombre de travailleurs qui introduisent effectivement une requête à un service externe."

Réelle hausse des comportements ou perception différente? La question peut dès lors se poser. Pour Securex, le mouvement #Metoo n'est certainement pas étranger à l'évolution concernant le harcèlement sexuel. "Non seulement les gens sont plus sensibles à tout ce qui va dans le sens du harcèlement sexuel, mais ils osent aussi en parler", estime Hermin Van Coillie, HR Research Expert.