Pour être heureux, oubliez la résidence et "passez votre retraite à l'hôtel"

27/02/19 à 12:30 - Mise à jour à 11:59

Source: Afp

Pour passer une retraite heureuse, oubliez la résidence pour seniors, assure Terry Robinson. Ce Texan de 64 ans a choisi l'hôtel, selon lui moins cher et aux prestations imbattables.

Pour être heureux, oubliez la résidence et "passez votre retraite à l'hôtel"

© Getty Images/iStockphoto

"Pas de résidence médicalisée pour nous, on va réserver une chambre dans un Holiday Inn", a-t-il écrit dans un message sur Facebook repéré par ABC News, qui avait été partagé 116.000 fois mardi.

Le presque retraité a fait ses comptes: au lieu de payer 188 dollars par jour dans un établissement spécialisé, il ne paierait que 60 dollars à l'hôtel, en cumulant les réductions seniors et long séjour, avec petit-déjeuner et, pour certains, "happy hours" inclus.

Ce qui laisse un budget de 128 dollars pour les repas, le service de blanchisserie et autres dépenses.

Cet habitant de Spring, au Texas, aurait l'accès gratuit à la salle de musculation, à la piscine et au sauna de l'hôtel. Et, autre avantage, il aurait du dentifrice, du gel-douche et même un rasoir à disposition dans une chambre faite régulièrement.

"En comptant cinq dollars par jour de pourboire, vous aurez toute une équipe prête à vous aider, qui vous traitera comme un client et pas comme un patient", explique Terry Robinson.

"Les femmes de chambre passent vérifier que tout va bien et, dans le cas contraire, elles appellent une ambulance... ou la morgue", ajoute-t-il.

En cas d'accident, les frais sont pris en charge par Medicare, le programme public d'assurance-santé pour les seniors. Et, à quelque chose malheur est bon, "le Holiday Inn vous surclassera dans une suite pour le restant de vos jours".

Pour se déplacer, il a choisi un hôtel à proximité d'une ligne de bus, gratuit pour les retraités. Les bus pour handicapés sont également une option, "si vous faites bien semblant de boiter", plaisante le sexagénaire.

Et pour ceux qui ont la bougeotte, M. Robinson rappelle qu'on peut changer d'hôtel, ou de ville. "Vous voulez aller à Hawaï, il y aussi un Holiday Inn" et, contrairement à une maison de retraite, où il faut réserver des mois à l'avance, on y prend une chambre dans la journée.

Terry Robinson a donc pensé à tout, même à sa famille: "Ils seront toujours contents de vous voir, et ils resteront probablement quelques jours pour des mini-vacances" et "les petits-enfants s'amuseront à la piscine".

Interrogé par l'AFP sur son intention de sauter le pas, le Texan a répondu que c'était "de l'humour, mais pas une blague".

"Je considère vraiment ça comme une option, mais peut-être pas dans un Holiday Inn."

Sollicité, l'InterContinental Hotels Group, dont dépend cette chaîne d'hôtels, n'avait pas répondu dans l'immédiat.