"Trop bon, trop con", voilà ce que dit l'adage, plus que populaire ces derniers temps. Car oui, il ne fait pas bon être gentil en ces temps chahutés de crise ou d'après-crise - les spécialistes parviendront-ils à s'accorder pour savoir si on en est sorti ou pas. Ce qui semble en tout cas certain c'est que le sentiment de crise est toujours bien perceptible et rend parfois les gens méfiants voire méchants. A l'heure où il faut réussir, garder son job, se mettre en valeur, il semble bon s'armer de cynisme et de maîtriser l'art de la manipulation. Au quotidien, nous sommes de plus en plus en proie à l'indifférence de notre voisin, aux réjouissances autour d'une critique acide ou d'une chronique " rentre-dedans ". Il nous faut esquiver l'irrespect de celui qui veut notre place dans le tram, dans la file du supermarché ou sur l'autoroute. Mener les négociations dans le dédain et l'agressivité. Car ceux qui réussissent sont davantage associés aux " requins " et les gentils aux " agneaux " qui se font manger la laine sur le dos.
Mais à y regarder de plus près, le clan des gentils comptent pas mal de " winners " aussi, on pensera directement à notre Adamo national, un suprême de crème, le sémillant Adrien Joveneau ou encore la souriante Kim Clijsters... sans parler des indémodables gentils que sont Soeur Emmanuelle, Mimie Mathy et Yannick Noah.

C'est bon pour le moral !

De plus, il semblerait que la gentillesse soit source de bien-être. Car la manipulation, l'agressivité et le mépris sont des comportements compliqués et épuisants pour le psychisme qui ne font qu'engendrer stress, fermeture sur soi, angoisse. C'est également ce qu'affirme Stefan Einhorm, professeur d'oncologie, dans son best-seller paru en 2008 " L'art d'être bon : oser la gentillesse " vendu à 100.000 exemplaires en Suède. Rapports scientifiques à l'appui, il avance qu'être bon est bon pour le moral et augmente notre immunité, que la gentillesse n'est pas un aveu de niaiserie ou de faiblesse, mais la preuve d'une vie épanouie et sans frustrations.

Ce samedi c'est la journée de la gentillesse, une idée née dans les années 60 au Japon et mondialisée en 1997 par le World Kindness Movement. Un mouvement qui a pour mission d'inspirer aux individus une plus grande gentillesse afin qu'ils contribuent à un monde plus gentil. Aujourd'hui 19 pays adhèrent officiellement à ce mouvement et malheureusement la Belgique n'en fait pas partie. Mais faut-il attendre cette adhésion pour fronder la morosité ambiante en pariant sur une journée souriante et courtoise. Ayons une attention particulière pour nos enfants, notre conjoint, un mot doux ou une surprise. Vous verrez, cela irradiera votre entourage.

http://www.worldkindness.org.sg/default.html

Echangez vos idées dans notre forum ci-dessous

"Trop bon, trop con", voilà ce que dit l'adage, plus que populaire ces derniers temps. Car oui, il ne fait pas bon être gentil en ces temps chahutés de crise ou d'après-crise - les spécialistes parviendront-ils à s'accorder pour savoir si on en est sorti ou pas. Ce qui semble en tout cas certain c'est que le sentiment de crise est toujours bien perceptible et rend parfois les gens méfiants voire méchants. A l'heure où il faut réussir, garder son job, se mettre en valeur, il semble bon s'armer de cynisme et de maîtriser l'art de la manipulation. Au quotidien, nous sommes de plus en plus en proie à l'indifférence de notre voisin, aux réjouissances autour d'une critique acide ou d'une chronique " rentre-dedans ". Il nous faut esquiver l'irrespect de celui qui veut notre place dans le tram, dans la file du supermarché ou sur l'autoroute. Mener les négociations dans le dédain et l'agressivité. Car ceux qui réussissent sont davantage associés aux " requins " et les gentils aux " agneaux " qui se font manger la laine sur le dos.Mais à y regarder de plus près, le clan des gentils comptent pas mal de " winners " aussi, on pensera directement à notre Adamo national, un suprême de crème, le sémillant Adrien Joveneau ou encore la souriante Kim Clijsters... sans parler des indémodables gentils que sont Soeur Emmanuelle, Mimie Mathy et Yannick Noah. De plus, il semblerait que la gentillesse soit source de bien-être. Car la manipulation, l'agressivité et le mépris sont des comportements compliqués et épuisants pour le psychisme qui ne font qu'engendrer stress, fermeture sur soi, angoisse. C'est également ce qu'affirme Stefan Einhorm, professeur d'oncologie, dans son best-seller paru en 2008 " L'art d'être bon : oser la gentillesse " vendu à 100.000 exemplaires en Suède. Rapports scientifiques à l'appui, il avance qu'être bon est bon pour le moral et augmente notre immunité, que la gentillesse n'est pas un aveu de niaiserie ou de faiblesse, mais la preuve d'une vie épanouie et sans frustrations. Ce samedi c'est la journée de la gentillesse, une idée née dans les années 60 au Japon et mondialisée en 1997 par le World Kindness Movement. Un mouvement qui a pour mission d'inspirer aux individus une plus grande gentillesse afin qu'ils contribuent à un monde plus gentil. Aujourd'hui 19 pays adhèrent officiellement à ce mouvement et malheureusement la Belgique n'en fait pas partie. Mais faut-il attendre cette adhésion pour fronder la morosité ambiante en pariant sur une journée souriante et courtoise. Ayons une attention particulière pour nos enfants, notre conjoint, un mot doux ou une surprise. Vous verrez, cela irradiera votre entourage. http://www.worldkindness.org.sg/default.htmlEchangez vos idées dans notre forum ci-dessous