Les accidents contre des obstacles situés en dehors de la route se retrouvent en première place des conséquences lourdes et fatales de la circulation, devant les accidents latéraux aux carrefours et les collisions frontales, constate Touring. Selon les données les plus récentes, 178 décès de la circulation sur les 568 enregistrés en 2018 ont été causés par ces obstacles. "Il s'agit d'une augmentation de 3% par rapport à l'année précédente, alors que le nombre total de morts est en baisse", déplore l'organisation.

Les arbres représentent 23% des obstacles mortels, devant les poteaux d'éclairage (20%) et les bornes (12%).

Touring souligne que l'adaptation des infrastructures pourrait diminuer le nombre d'accidents graves, notamment grâce aux poteaux absorbeurs de chocs et aux glissières de sécurité fermées, autour des arbres et des constructions. "Ces adaptations sont faciles à trouver à partir du moment où une analyse sérieuse des accidents existe", ajoute l'organisation de mobilité. "La mortalité sur les routes ne doit pas uniquement être résolue par la sensibilisation, le contrôle et la répression."

Les accidents contre des obstacles situés en dehors de la route se retrouvent en première place des conséquences lourdes et fatales de la circulation, devant les accidents latéraux aux carrefours et les collisions frontales, constate Touring. Selon les données les plus récentes, 178 décès de la circulation sur les 568 enregistrés en 2018 ont été causés par ces obstacles. "Il s'agit d'une augmentation de 3% par rapport à l'année précédente, alors que le nombre total de morts est en baisse", déplore l'organisation. Les arbres représentent 23% des obstacles mortels, devant les poteaux d'éclairage (20%) et les bornes (12%).Touring souligne que l'adaptation des infrastructures pourrait diminuer le nombre d'accidents graves, notamment grâce aux poteaux absorbeurs de chocs et aux glissières de sécurité fermées, autour des arbres et des constructions. "Ces adaptations sont faciles à trouver à partir du moment où une analyse sérieuse des accidents existe", ajoute l'organisation de mobilité. "La mortalité sur les routes ne doit pas uniquement être résolue par la sensibilisation, le contrôle et la répression."