"Les chiffres ne sont pas des chiffres de vente individuels. Ils sont basés sur la déclaration du droit d'accise, c'est-à-dire au moment de leur mise sur le marché. Ils peuvent ensuite rester dans les étagères ou les entrepôts pendant des semaines", explique le porte-parole Francis Adyns.

Néanmoins, ces chiffres indiquent une croissance constante pour les bières et les vins sans alcool: 86 370 hectolitres en 2013, 100 230 hectolitres en 2015 et 239 294 hectolitres en 2018.

L'an dernier, les Finances ont enregistré une augmentation remarquable des jus de fruits et légumes non alcoolisés : 1 960 710 hectolitres contre 1 532 616 hectolitres en 2017. Pour l'eau, le volume est passé de 10 834 989 hectolitres en 2017 à 16 517 388 hectolitres en 2018. Peut-être une conséquence de l'été long et très chaud de l'année dernière. Le volume des boissons gazeuses n'a montré aucun signe d'amélioration : 13 591 796 hectolitres l'an dernier contre 13 164 542 hectolitres en 2017.

Le café a relativement diminué au fil des ans: 34 254 797 kilogrammes en 2018, contre 46 169 078 kilogrammes en 2014.