Le Baromètre alimentaire a étudié les habitudes alimentaires sur le lieu de travail de quelque 47 000 personnes et 1 800 restaurateurs de 10 pays européens. Prévoir du temps pour le déjeuner est toujours la norme, bien que le nombre de personnes qui sautent le déjeuner ou grignotent rapidement quelque chose à leur bureau augmente.

Dans notre pays, cette tendance ne semble pas vraiment se dessiner pour l'instant, ou du moins pas dans les entreprises visées par l'enquête. 94 % des employés indiquent qu'ils prennent une pause déjeuner presque tous les jours. Ce chiffre est beaucoup plus élevé que la moyenne européenne, où "seulement" 71 % des personnes interrogées indiquent qu'elles déjeunent tous les jours de la semaine. Dans notre pays, la plupart (62 %) des employés mangent des repas faits maison, suivis des sandwichs et des repas au restaurant. Pour cette pause déjeuner, la plupart se rendent quand même dans un lieu de repas partagé comme une cafétéria ou une salle à manger près du lieu de travail.

Selon l'enquête, ce qui est inscrit au menu le midi devient également plus important. "Le déjeuner n'est plus une simple pause dans la journée, mais le moyen de se faire plaisir avec un repas savoureux, équilibré et sain. Il y a une prise de conscience collective de l'importance du bien-être au travail, que ce soit chez les employés, les employeurs ou les restaurateurs ", note la nutritionniste Sylvie Dujardin.

Équilibré et saisonnier

Les employés belges attachent de plus en plus d'importance à la valeur nutritionnelle de leur déjeuner. Une caractéristique qui pèse même autant que le prix. Selon le baromètre alimentaire, ce désir de déjeuner plus sain s'exprime à travers trois phénomènes. Les trois quarts des Belges interrogés disent non seulement attacher une attention particulière à la qualité nutritionnelle du déjeuner. Mais plus de 65% disent aussi préférer les aliments de saison d'origine locale. Enfin, l'équilibre alimentaire de leur repas doit également être respecté.

Ces données confirment la tendance selon laquelle les employés optent davantage pour une alimentation plus saine. En 2013, seul un quart des Européens choisissait un restaurant basé sur la qualité nutritionnelle de la carte. Aujourd'hui, 77% des salariés européens indiquent qu'ils y prêtent une attention particulière. Enfin, l'utilisation d'applications mobiles et d'outils en ligne permettant d'évoluer vers des habitudes alimentaires plus saines est également croissante.

Le Baromètre alimentaire a étudié les habitudes alimentaires sur le lieu de travail de quelque 47 000 personnes et 1 800 restaurateurs de 10 pays européens. Prévoir du temps pour le déjeuner est toujours la norme, bien que le nombre de personnes qui sautent le déjeuner ou grignotent rapidement quelque chose à leur bureau augmente.Dans notre pays, cette tendance ne semble pas vraiment se dessiner pour l'instant, ou du moins pas dans les entreprises visées par l'enquête. 94 % des employés indiquent qu'ils prennent une pause déjeuner presque tous les jours. Ce chiffre est beaucoup plus élevé que la moyenne européenne, où "seulement" 71 % des personnes interrogées indiquent qu'elles déjeunent tous les jours de la semaine. Dans notre pays, la plupart (62 %) des employés mangent des repas faits maison, suivis des sandwichs et des repas au restaurant. Pour cette pause déjeuner, la plupart se rendent quand même dans un lieu de repas partagé comme une cafétéria ou une salle à manger près du lieu de travail.Selon l'enquête, ce qui est inscrit au menu le midi devient également plus important. "Le déjeuner n'est plus une simple pause dans la journée, mais le moyen de se faire plaisir avec un repas savoureux, équilibré et sain. Il y a une prise de conscience collective de l'importance du bien-être au travail, que ce soit chez les employés, les employeurs ou les restaurateurs ", note la nutritionniste Sylvie Dujardin.Les employés belges attachent de plus en plus d'importance à la valeur nutritionnelle de leur déjeuner. Une caractéristique qui pèse même autant que le prix. Selon le baromètre alimentaire, ce désir de déjeuner plus sain s'exprime à travers trois phénomènes. Les trois quarts des Belges interrogés disent non seulement attacher une attention particulière à la qualité nutritionnelle du déjeuner. Mais plus de 65% disent aussi préférer les aliments de saison d'origine locale. Enfin, l'équilibre alimentaire de leur repas doit également être respecté.Ces données confirment la tendance selon laquelle les employés optent davantage pour une alimentation plus saine. En 2013, seul un quart des Européens choisissait un restaurant basé sur la qualité nutritionnelle de la carte. Aujourd'hui, 77% des salariés européens indiquent qu'ils y prêtent une attention particulière. Enfin, l'utilisation d'applications mobiles et d'outils en ligne permettant d'évoluer vers des habitudes alimentaires plus saines est également croissante.