Le Gouvernement wallon a validé une réforme de la signalisation des chantiers routiers. Elle entre en vigueur ce 1er mars 2021. Les automobilistes seront mieux informés, les usagers faibles mieux protégés. Et "on" va retirer les signaux inutiles à chaque fois que les travaux seront interrompus.

Panneaux masqués

Comment n'y a-t-on pas pensé plus tôt ? En agglomération, en dehors des heures de travail, notamment le soir ainsi que pendant les week-ends et chaque fois que les travaux sont interrompus pour une période déterminée, les signaux qui ne sont plus nécessaires seront masqués ou seront enlevés de toute la superficie du chantier.

Automobilistes informés

Des travaux sur des kilomètres ? La réforme impose désormais une indication du nombre de kilomètres restants à parcourir pour les chantiers de plus de deux kilomètres.

Autre obligation : celle de l'indication du temps restant lorsqu'il y des feux de signalisation sur les chantiers. Par exemple : "encore 60 secondes avant le vert".

Détours moindres pour piétons

En agglomération, lors d'un chantier, le réaménagement de la circulation devra être conçu afin de réduire la longueur du parcours de déviation des piétons et des cyclistes, mais aussi de l'adapter aux personnes à mobilité réduite ou malvoyantes.

De la sécurité pour les ouvriers

La réforme impose une inspection de l'état et du placement de la signalisation après chaque épisode météorologique (ex. tempête) pouvant perturber ou endommager la signalisation.

Et afin d'améliorer la sécurité des travailleurs, les camions absorbeurs de choc deviennent obligatoires sur les autoroutes et les routes assimilées. Ces camions sont utilisés sur des chantiers mobiles d'entretien. Ils servent à éviter qu'un conducteur distrait ne percute les personnes au travail sur la route. Le poids lourd joue le rôle de tampon.

Le Gouvernement wallon a validé une réforme de la signalisation des chantiers routiers. Elle entre en vigueur ce 1er mars 2021. Les automobilistes seront mieux informés, les usagers faibles mieux protégés. Et "on" va retirer les signaux inutiles à chaque fois que les travaux seront interrompus. Comment n'y a-t-on pas pensé plus tôt ? En agglomération, en dehors des heures de travail, notamment le soir ainsi que pendant les week-ends et chaque fois que les travaux sont interrompus pour une période déterminée, les signaux qui ne sont plus nécessaires seront masqués ou seront enlevés de toute la superficie du chantier.Des travaux sur des kilomètres ? La réforme impose désormais une indication du nombre de kilomètres restants à parcourir pour les chantiers de plus de deux kilomètres.Autre obligation : celle de l'indication du temps restant lorsqu'il y des feux de signalisation sur les chantiers. Par exemple : "encore 60 secondes avant le vert".En agglomération, lors d'un chantier, le réaménagement de la circulation devra être conçu afin de réduire la longueur du parcours de déviation des piétons et des cyclistes, mais aussi de l'adapter aux personnes à mobilité réduite ou malvoyantes. La réforme impose une inspection de l'état et du placement de la signalisation après chaque épisode météorologique (ex. tempête) pouvant perturber ou endommager la signalisation.Et afin d'améliorer la sécurité des travailleurs, les camions absorbeurs de choc deviennent obligatoires sur les autoroutes et les routes assimilées. Ces camions sont utilisés sur des chantiers mobiles d'entretien. Ils servent à éviter qu'un conducteur distrait ne percute les personnes au travail sur la route. Le poids lourd joue le rôle de tampon.