En un peu plus de cinq mois, du 20 avril au 25 septembre, l'Agence wallonne pour une vie de qualité (Aviq) a reçu 185 plaintes de résidents de maisons de repos ou de leur entourage. Habituellement, le nombre de plaintes dans ce secteur oscille entre 150 et 200 par an.

A Bruxelles, entre le 1er mars et le 30 juin, "le service de médiation a reçu 32 plaintes dont 24 en lien direct avec le covid", explique-t-on chez Iriscare.

Ce qui porte à près de 220, le nombre de plaintes en Belgique francophone rien que pour la période qui couvre la première vague de coronavirus.

L'ONG Amnesty International note une série de violations des droits humains, dont les droits à la santé, à la vie et à la non-discrimination, subies par des résidents de maisons de repos et de maisons de repos et de soins en Belgique entre mars et octobre 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

En un peu plus de cinq mois, du 20 avril au 25 septembre, l'Agence wallonne pour une vie de qualité (Aviq) a reçu 185 plaintes de résidents de maisons de repos ou de leur entourage. Habituellement, le nombre de plaintes dans ce secteur oscille entre 150 et 200 par an. A Bruxelles, entre le 1er mars et le 30 juin, "le service de médiation a reçu 32 plaintes dont 24 en lien direct avec le covid", explique-t-on chez Iriscare. Ce qui porte à près de 220, le nombre de plaintes en Belgique francophone rien que pour la période qui couvre la première vague de coronavirus. L'ONG Amnesty International note une série de violations des droits humains, dont les droits à la santé, à la vie et à la non-discrimination, subies par des résidents de maisons de repos et de maisons de repos et de soins en Belgique entre mars et octobre 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19.