Léonie Cooreman, de son vrai nom, est née à Schaerbeek le 16 juin 1928. Elle a commencé à chanter très jeune, passant des petits spectacles aux redoutés "radio-crochets", puis à de vrais débuts au Boeuf sur le Toit, le cabaret en vogue à l'époque à Bruxelles. Après cette expérience bruxelloise, Annie Cordy mènera de nombreuses autres revues entre 1951 et 1952 sur les scènes du Lido et du Moulin Rouge à Paris. C'est à cette époque qu'elle rencontre l'imprésario Henri Bruneau qui deviendra son mari.

C'est cependant dans la chanson qu'elle prendra son réel envol international. Tour de chant au Moulin Rouge, Prix Maurice Chevalier à Deauville, contrat avec Pathé Marconi..., son parcours s'enrichit d'une première apparition à l'Olympia (1954) puis un an plus tard à Bobino. Qualifiée de "Martin Carol de la chanson" ou de "Maurice Chevalier en jupons", Annie Cordy voit sa réputation franchir l'Atlantique: New York, Rio, Cuba, Mexico sont autant d'étapes de l'itinéraire d'une artiste douée et comblée. "Née sur les planches, Annie Cordy est du music-hall comme on est d'un pays", dira à son sujet Dalida.

Dans les années '70, la chanteuse devient célèbre grâce à des tubes comme "La Bonne du Curé" ou "Tata Yoyo".

Carrière dans le cinéma

Annie chante avec Luis Mariano, interprète Francis Lopez, et se lance dans le cinéma ("Le chanteur de Mexico"). Mais à ses premiers films - des opérettes gentillettes, les cinéphiles préféreront de loin ses interprétations, à la fin des années '60 et début '70, dans "Le passager de la pluie" de René Clément, "Le Chat" de Pierre Granier-Deferre ou "Rue Haute" de notre compatriote André Ernotte. Elle a tourné dans plus de trente films, collaborant avec les plus grands, de Bourvil à Jean Gabin. Le théâtre lui fait également les yeux doux: elle jouera "L'Avare" de Molière, côtoiera Charles Aznavour sur la même scène pour la pièce "Sans cérémonie".

Conteuse hors pair

Ses talents de conteuse sont mis en évidence au cours de la même décennie. Au printemps 2006, la télévision publique diffuse un feuilleton historique "Moi, Belgique" en sept épisodes de 52 minutes dans lesquels Annie Cordy raconte, à partir de l'histoire des gens, l'Histoire de Belgique depuis 1813. La série est un succès, avec un pic atteignant 335.747 téléspectateurs. L'artiste a également prêté sa voix à de nombreux dessins animés, parmi lesquels des productions Disney.

Son parcours musical en 5 chansons

  • La bonne du curé (1974)
  • Ca ira mieux demain (1976)
  • La bébête (1976)
  • Tata Yoyo (1980)
  • Cho Ka Kao (1985)
Léonie Cooreman, de son vrai nom, est née à Schaerbeek le 16 juin 1928. Elle a commencé à chanter très jeune, passant des petits spectacles aux redoutés "radio-crochets", puis à de vrais débuts au Boeuf sur le Toit, le cabaret en vogue à l'époque à Bruxelles. Après cette expérience bruxelloise, Annie Cordy mènera de nombreuses autres revues entre 1951 et 1952 sur les scènes du Lido et du Moulin Rouge à Paris. C'est à cette époque qu'elle rencontre l'imprésario Henri Bruneau qui deviendra son mari. C'est cependant dans la chanson qu'elle prendra son réel envol international. Tour de chant au Moulin Rouge, Prix Maurice Chevalier à Deauville, contrat avec Pathé Marconi..., son parcours s'enrichit d'une première apparition à l'Olympia (1954) puis un an plus tard à Bobino. Qualifiée de "Martin Carol de la chanson" ou de "Maurice Chevalier en jupons", Annie Cordy voit sa réputation franchir l'Atlantique: New York, Rio, Cuba, Mexico sont autant d'étapes de l'itinéraire d'une artiste douée et comblée. "Née sur les planches, Annie Cordy est du music-hall comme on est d'un pays", dira à son sujet Dalida. Dans les années '70, la chanteuse devient célèbre grâce à des tubes comme "La Bonne du Curé" ou "Tata Yoyo".Annie chante avec Luis Mariano, interprète Francis Lopez, et se lance dans le cinéma ("Le chanteur de Mexico"). Mais à ses premiers films - des opérettes gentillettes, les cinéphiles préféreront de loin ses interprétations, à la fin des années '60 et début '70, dans "Le passager de la pluie" de René Clément, "Le Chat" de Pierre Granier-Deferre ou "Rue Haute" de notre compatriote André Ernotte. Elle a tourné dans plus de trente films, collaborant avec les plus grands, de Bourvil à Jean Gabin. Le théâtre lui fait également les yeux doux: elle jouera "L'Avare" de Molière, côtoiera Charles Aznavour sur la même scène pour la pièce "Sans cérémonie". Ses talents de conteuse sont mis en évidence au cours de la même décennie. Au printemps 2006, la télévision publique diffuse un feuilleton historique "Moi, Belgique" en sept épisodes de 52 minutes dans lesquels Annie Cordy raconte, à partir de l'histoire des gens, l'Histoire de Belgique depuis 1813. La série est un succès, avec un pic atteignant 335.747 téléspectateurs. L'artiste a également prêté sa voix à de nombreux dessins animés, parmi lesquels des productions Disney.