Parmi ces obstacles: les préjugés, la méconnaissance du handicap visuel dans le monde l'entreprise et la mobilité. "De plus, alors que les nouvelles évolutions technologiques ouvrent de nouvelles potentialités pour les travailleurs avec un handicap visuel, la formation à ces outils et l'adaptation du poste et/ou de l'environnement de travail restent négligées", regrette la Ligue.

Une enquête datant de 2018 de la Ligue Braille révèle que 42% de ses membres (entre 17 et 55 ans) ont un emploi. La très grande majorité sont salariés (95%) et sous contrat à durée indéterminée (89%). En parallèle, 60% des sondés en recherche d'emploi ont déclaré effectuer leurs démarches sans aide extérieure. Toutefois, 34% de ces chercheurs "solitaires" ont indiqué souhaiter recevoir de l'aide.

L'objectif est d'informer les personnes aveugles et malvoyantes qu'elles peuvent faire appel aux services adaptés de la Ligue Braille en matière de formation et d'insertion professionnelles d'une part. La campagne souhaite aussi sensibiliser les conseillers en insertion.

Enfin, la Ligue Braille interpelle les employeurs désireux d'intégrer un travailleur avec un handicap visuel, les poussant à faire appel à ses services "pour les conseiller, les guider dans leurs démarches pour obtenir des compensations financières, et pour sensibiliser leurs équipes à la situation vécue par leur collègue aveugle ou malvoyant. Car quand on se comprend, on travaille mieux ensemble", conclut l'organisation.