A quoi peut s'attendre le public belge dimanche ?

Quand il verra arriver le soulier là-haut et voler avec un système un peu spécial, il sera très heureux ! Aujourd'hui, le tableau de Bécassine est exceptionnel car lorsqu'elle pousse la voiture, des fillettes, déguisées, descendent de la salle pour courir sur scène. Il y en a au moins cent en plus de celles de ma troupe. Une belle photo de famille ! Généralement, après le spectacle, les parents me disent qu'ils ont pleuré, qu'ils ont été émus, qu'ils ont retrouvé leur enfance... Il y a un lien très fort avec le public. Ce qui le séduit, c'est que j'ai la même voix, a priori la même silhouette, la même façon d'être, je n'ai pas changé moi, j'ai toujours gardé ce côté spontané.

C'est ce qui explique votre pérennité ?

J'ai toujours été sincère, vraie, fidèle à mon personnage, je n'ai jamais dit que j'allais me lancer dans le rock ou le rap pour être à la mode ! Et j'ai toujours voulu que mes spectacles soient réalisés avec des vrais décors, des vrais costumes...Et quand on me demande quel est le secret de mon énergie, je réponds que je n'en ai pas ! J'ai toujours bien dormi, j'ai un bon capital santé, je n'ai jamais fumé de ma vie, j'ai toujours bu de l'eau et je me couche tôt.

. © DR

Quel être votre lien avec la Belgique ?

Ma grand-mère est née à Namur et le public le sait. Le côté artistique que j'ai en moi vient d'ici, de Belgique, c'est certain ! Vous êtes très forts dans l'artistique, dans l'imagination, la BD, l'art...

Pratique

. © DR

Chantal Goya sera en concert ce dimanche 3 novembre à 18h à Forest National, à Bruxelles. Réservations : https://www.teleticketservice.com/fr/event/chantal-goya-25f9b3ab. Et à Douai (France), le 1er février 2020. www.infoconcert.com

Envie d'en savoir davantage sur le parcours, la famille et les projets de Chantal Goya ? Lisez notre interview dans le prochain Plus Magazine (parution le 21/11).

Quand il verra arriver le soulier là-haut et voler avec un système un peu spécial, il sera très heureux ! Aujourd'hui, le tableau de Bécassine est exceptionnel car lorsqu'elle pousse la voiture, des fillettes, déguisées, descendent de la salle pour courir sur scène. Il y en a au moins cent en plus de celles de ma troupe. Une belle photo de famille ! Généralement, après le spectacle, les parents me disent qu'ils ont pleuré, qu'ils ont été émus, qu'ils ont retrouvé leur enfance... Il y a un lien très fort avec le public. Ce qui le séduit, c'est que j'ai la même voix, a priori la même silhouette, la même façon d'être, je n'ai pas changé moi, j'ai toujours gardé ce côté spontané.J'ai toujours été sincère, vraie, fidèle à mon personnage, je n'ai jamais dit que j'allais me lancer dans le rock ou le rap pour être à la mode ! Et j'ai toujours voulu que mes spectacles soient réalisés avec des vrais décors, des vrais costumes...Et quand on me demande quel est le secret de mon énergie, je réponds que je n'en ai pas ! J'ai toujours bien dormi, j'ai un bon capital santé, je n'ai jamais fumé de ma vie, j'ai toujours bu de l'eau et je me couche tôt.Ma grand-mère est née à Namur et le public le sait. Le côté artistique que j'ai en moi vient d'ici, de Belgique, c'est certain ! Vous êtes très forts dans l'artistique, dans l'imagination, la BD, l'art...Envie d'en savoir davantage sur le parcours, la famille et les projets de Chantal Goya ? Lisez notre interview dans le prochain Plus Magazine (parution le 21/11).