Quel a été votre plus beau rôle en 67 ans de carrière ?

Il y en a beaucoup ! Ce que j'ai préféré, en tant qu'artisan acteur, c'était tisser mon travail autour de personnes qui avaient réellement existé car cela me paraissait plus difficile d'être fidèle à quelqu'un de réel et plus inspirant parce que les sources étaient plus accessibles. Par exemple, quand je jouais Yvonne de Galais dans Le Grand Meaulnes. C'était le premier grand amour de l'écrivain Alain-Fournier. J'ai rencontré la famille, les héritiers, c'était extrêmement impressionnant ! J'ai aussi adoré interpréter l'épouse du ministre des Finances Joseph Caillaux dans L'affaire Caillaux ou encore Dina Gray dans Au nom de tous les miens car j'ai rencontré l'écrivain Martin Gray qui m'a parlé de sa femme.

© DR

Comment vivez-vous votre notoriété au quotidien?

Dans mon quartier, à Paris, je discute beaucoup avec les gens et comme ils me connaissent bien ils n'y pensent plus. C'est très agréable. Il m'arrive souvent de croiser des personnes qui me disent "Bonjour, Brigitte !" et font un geste d'amitié auquel je réponds. On continue notre chemin et on vit notre vie. C'est le plus beau cadeau qu'on puisse nous faire.

Avez-vous des liens privilégiés avec la Belgique ?

Oui, je me sens très proche de ce pays parce que je suis de la frontière, de Tourcoing, et dans ma famille, il y a des Flamands : le nom de mon arrière-grand-père était Lammertyn. J'ai un souvenir extraordinaire de la mer du Nord, je passais le week-end sur les grandes plages de Middelkerque quand j'étais petite. J'aime aussi le vieux Bruxelles où les musées sont merveilleux. J'ai des amis ici et je suis folle de joie à chaque fois que je viens travailler en Belgique !

Envie d'en savoir davantage ? Lisez notre entretien avec Brigitte Fossey dans le Plus Magazine qui sort ce jeudi 20/12/2018.