La peau est notre première protection contre les agressions de l'environnement. Mais un accident, une maladie ou une opération peuvent entamer cette barrière naturelle. L'organisme va alors se défendre par la cicatrisation: les vaisseaux sanguins se contractent, les plaquettes sanguines colmatent la brèche, les globules blancs arrivent à la rescousse avant que de nouveaux vaisseaux et de nouvelles fibres se forment dans le derme. Cette création de nouveaux tissus conjonctifs peut s'étaler sur plusieurs semaines, mois ou années. Mais voilà, parfois, le processus de cicatrisation est insuffisant (atrophie) ou au contraire excessif (hypertrophie). C'est le cas avec les cicatrices dites "chéloïdes", qui se traduisent par un aspect dur et boursouflé, en raison d'une surproduction de collagène lors de la réparation du tissu.
...

La peau est notre première protection contre les agressions de l'environnement. Mais un accident, une maladie ou une opération peuvent entamer cette barrière naturelle. L'organisme va alors se défendre par la cicatrisation: les vaisseaux sanguins se contractent, les plaquettes sanguines colmatent la brèche, les globules blancs arrivent à la rescousse avant que de nouveaux vaisseaux et de nouvelles fibres se forment dans le derme. Cette création de nouveaux tissus conjonctifs peut s'étaler sur plusieurs semaines, mois ou années. Mais voilà, parfois, le processus de cicatrisation est insuffisant (atrophie) ou au contraire excessif (hypertrophie). C'est le cas avec les cicatrices dites "chéloïdes", qui se traduisent par un aspect dur et boursouflé, en raison d'une surproduction de collagène lors de la réparation du tissu. Plus une blessure est nette (incision chirurgicale par exemple), plus elle cicatrisera facilement. "Contrairement à une idée reçue, plus on avance en âge, plus on a de chances d'avoir de "belles" cicatrices ", souligne le Dr Lara El Hayderi, dermatologue esthétique au CHU de Liège. La peau étant moins élastique, elle est plus susceptible d'intégrer discrètement ces réparations. En revanche, quand la blessure se trouve sur une zone du corps où la peau est très étirée, notamment lors des mouvements (thorax, dos, articulations...), elle cicatrisera moins bien.Pour favoriser une cicatrisation optimale, il est nécessaire de bien nettoyer la plaie au moment de la coupure/blessure et de la désinfecter avec un liquide antiseptique (type iso-Betadine). Pour les plaies simples, il n'est pas nécessaire d'appliquer un pansement: la blessure peut rester à l'air libre. "Après une chirurgie, certains praticiens conseilleront par contre le port d'un pansement siliconé ou compressif ." De manière générale, quand une croûte se forme, évitez de gratter: vous altéreriez le processus de cicatrisation. "Je conseille aussi l'arnica en granules, un traitement homéopathique qui favorise la cicatrisation des tissus ."Ces dernières années, beaucoup de progrès ont été faits dans le traitement esthétique des cicatrices persistantes. "Quand on a une cicatrice plus rouge, on aura recours à un laser vasculaire, qui va cibler cette couleur, explique le Dr Lara El Hayderi. Les lasers ablatifs vont, eux, avoir un effet direct au niveau du collagène. Les cicatrices d'acné, aussi appelées cicatrices "en pics à glace" à cause des petits trous qu'elles laissent dans la peau, peuvent être traitées au laser ablatif ou non ablatif. On peut aussi utiliser la radiofréquence associée au microneedling, qui utilise des micro- aiguilles pour stimuler la production de collagène. Enfin, de petites doses d'acide hyaluronique peuvent être injectées pour combler les cicatrices ." Les techniques sont en réalité nombreuses et la plupart du temps combinées entre elles afin d'obtenir les meilleurs résultats possible. Le délai pour commencer à traiter une cicatrice est d'environ un an après son apparition (à partir de six mois pour les cicatrices d'acné). Nul besoin de se précipiter car de nombreuses cicatrices, notamment celles liées à une chirurgie, s'améliorent naturellement avec le temps. Il est préférable de traiter en automne et en hiver, surtout si la cicatrice se situe au niveau du visage. Bon à savoir: il est tout à fait possible de faire disparaître une "vieille" cicatrice. Rien n'empêche un adulte de traiter des cicatrices d'acné vieilles de 30 ans! "Nous obtenons d'aussi bons résultats que sur des cicatrices récentes ", confirme le Dr Lara El Hayderi. Parfois utile pour se sentir "bien dans sa peau", surtout quand la cicatrice renvoie à de mauvais souvenirs ou à une grosse frayeur (par exemple à un accident). Si vous vous décidez à franchir le pas, il faudra quoi qu'il en soit mettre la main au portefeuille. Les traitements esthétiques des cicatrices sont en effet à charge du patient, sauf si la cicatrice crée un trouble fonctionnel (une cicatrice sur l'épaule qui vous empêcherait de vous mouvoir normalement, pas exemple). Il faut compter entre 100 et 500€ la séance de traitement laser et un total de trois à cinq séances. "Ces séances peuvent être espacées dans le temps. Les bénéfices sont cumulatifs, ce qui veut dire qu'on peut prendre le temps de faire le traitement à son aise ", rassure le Dr Lara El Hayderi. Assurez-vous toujours que le praticien de votre choix est un dermatologue spécialisé en dermatologie esthétique et réparatrice. En cas de doute, n'hésitez pas à prendre plusieurs avis.