De plus en plus d'employés, d'indépendants et de demandeurs d'emploi font face à des dépressions, des burn-out, des maladies chroniques ou une forme d'invalidité.

L'activation des malades de longue durée était pourtant un des fers de lance du gouvernement Michel. Son approche sévère semble avoir fonctionné en 2016 et en 2017, années lors desquelles la croissance a ralenti.

Toutefois, le nombre de malades de longue durée a de nouveau grimpé au premier trimestre 2018 (4,9%), plus rapidement qu'en 2017 (3,7%). Les années précédentes, le pourcentage était encore de 8%.

Interrogé sur la raison, la ministre de la Santé publique Maggie De Block pointe le vieillissement de la population.