Lorsque je suis revenue de vacances cet été, se tenait, derrière le comptoir de l'officine, raide comme un tube d'aspirine et sympathique comme un clystère, un pharmacien à la place de ma pharmacienne que je connaissais depuis vingt ans. Entre bavardages futiles, si agréables, et vrais bons conseils, j'ai reçu d'elle les mots qui donnaient du poids aux traitements. "Ah, il vous a prescrit ça? Ça marche bien, tout le monde me le dit!" Et les mots qui font du bien parce qu'ils reconnaissent votre douleur. "Aïe aïe aïe, pauvre Madame, ça fait très mal ça! Allez courage!" Et ceux aussi qui vous offrent la chaleur de l'apparte...