Lorsqu'on traverse un (gros) pépin de santé, amis et proches conseillent souvent de " rester optimiste ". " Si cela peut sembler déplacé ou dénoter un manque d'empathie, ils ont pourtant raison, réagit le Dr Filip De Keyser, rhumatologue. L'expérience et de nombreuses recherches le confirment : garder un état d'esprit positif, y compris dans des circonstances très difficiles, influe positivement sur la qualité de vie et la façon d'en reprendre le cours après le couperet du diagnostic. " Ce rhumatologue a pu observer de nombreux patients capables de gérer la douleur ou le handicap et qui ont réussi à faire éclore un de leurs talents. En se basant sur leurs récits, sur la recherche scientifique et la philosophie orientale, il nous livre des pistes pour apprendre à positiver.
...