Prise de poids : "Beaucoup de facteurs sont souvent négligés"

27/11/18 à 11:22 - Mise à jour à 11:22

Source: Plusmagazine

Une alimentation saine et de l'exercice physique sont les pierres angulaires de tous les régimes alimentaires possibles depuis des décennies. Pourtant, pour de nombreuses personnes en surpoids, perdre du poids reste encore très difficile. "C'est parce qu'il y a d'autres facteurs de prise de poids qui sont négligés, mais pour lesquels des solutions existent", explique le professeur néerlandais Liesbeth van Rossum du Centrum Gezond Gewicht (Erasmus MC Rotterdam).

Prise de poids : "Beaucoup de facteurs sont souvent négligés"

Illustration. © iStock Photos

Vous n'êtes pas vraiment gros pour le plaisir, souligne le Dr Van Rossum. Elle a observé dans la pratique qu'on passait souvent à côté des "facteurs de prise de poids" moins connus, comme le stress, les hormones, les troubles de la sensation de faim ou de satiété, la flore intestinale, le manque de sommeil, les médicaments, la graisse brune inactive, les causes génétiques et bien d'autres encore.

Gènes défectueux

Certaines de ces causes sont plutôt rares mais peuvent avoir un impact énorme, comme les facteurs génétiques. "Environ 2 à 4 % des personnes obèses ont un défaut d'ADN dans le récepteur du mécanisme de satiété. Par conséquent, les signaux envoyés de l'estomac et des intestins au cerveau n'y sont pas reçus.Vous avez alors une sensation de faim " brisée " qui vous tient constamment affamé. Les personnes atteintes d'un tel défaut, ont donc de grandes difficultés à perdre du poids. Cette découverte est importante, car entre-temps, des médicaments sont également mis au point pour agir spécifiquement sur ce problème ", explique le Dr Van Rossum. De nombreuses autres erreurs génétiques semblent poser des problèmes similaires de satiété, pour lesquels nous cherchons maintenant des remèdes adaptés.

Hormones de la faim

Le sentiment "d'avoir l'estomac bien rempli" ne vient pas seulement de notre estomac. "Ce sentiment de satiété est largement déterminé par les signaux qui sont envoyés des intestins au cerveau. Ce sont les hormones de la faim comme la ghréline et l'insuline. Dans la plupart des cas, une personne les reçoit très rapidement, donc elle arrête de manger. Mais dans d'autres cas, ces hormones partent beaucoup plus tard et la sensation de faim aussi... Dans tous ces différents signaux, des petites et grandes erreurs peuvent se produire. Nous bouleversons souvent nous-mêmes l'ensemble du mécanisme à cause de notre comportement. Les régimes d'urgence en sont un parfait exemple. Vous perdez du poids rapidement, mais après un certain temps, le corps réagit en augmentant la sensation de faim et en réduisant davantage votre sensation de satiété. C'est votre propre biologie qui vous envoie manger plus".

Les hormones de la faim sont aussi curieusement influencées par nos propres pensées. "Plusieurs études l'ont montré. Le simple fait de penser que vous êtes sur le point de grignoter quelque chose de sucré comme une gaufre au sirop d'érable fait que votre corps va produire de l'insuline hormonale. Cela ne se fait qu'en y réfléchissant, et non parce que vous avez déjà pris une bouchée. Le résultat de la production d'insuline est que la glycémie commence à baisser, ce qui augmente efficacement votre appétit pour le sucre. Si vous passez ensuite à table, votre corps vous fera choisir un gâteau sucré plutôt qu'une salade saine. En reconnaissant ce mécanisme, vous pouvez intervenir et ajuster activement vos pensées, y compris par la thérapie cognitivo-comportementale."

La flore intestinale et le sommeil

En plus de notre psychisme, nos résidents intestinaux influencent aussi notre façon de manger. Sa composition varie et il devient de plus en plus évident que certaines combinaisons de bactéries intestinales s'accompagnent d'une sensation différente de satiété et de faim.

Un autre acteur qui a subi des changements est le sommeil. Au cours des dernières années, nous avons progressivement passé moins d'heures à dormir. Cela a également des conséquences sur la production de l'hormone ghréline. Le corps réagit au manque de sommeil en libérant davantage d'hormones de la faim. "Cela active aussi l'hormone de stress, le cortisol. Le stress, surtout sous forme chronique, est un important "facteur de prise de poids" caché.

Médicaments

Peu de personnes le savent, mais l'obésité qui est (co)stimulée par les médicaments est très fréquente. "Dans la clinique externe d'Erasmus MC Rotterdam, près de la moitié des personnes obèses prennent au moins un médicament avec comme effet secondaire une prise de poids. Certains médicaments sont connus pour avoir de tels effets, comme les antidépresseurs ou des antiépileptiques, mais pour beaucoup d'autres, nous en sommes moins conscients.Par exemple, certains médicaments contre l'hypertension, l'insuline, les médicaments contre le diabète, les antihistaminiques, les corticostéroïdes et les antiacides ont une influence similaire sur notre corpulence. Parfois c'est juste quelques kilos, mais quand quelqu'un prend quatre de ces médicaments, cela peut faire un total beaucoup plus important. Il est donc très difficile de perdre du poids de façon durable. On peut souvent résoudre ce problème en remplaçant ces médicaments par des solutions de rechange sans cet effet secondaire d'augmentation du poids ou en réduisant la dose."

De plus, l'activation de la graisse brune, ces cellules adipeuses bénéfiques qui brûlent la graisse au lieu de la stocker, peut aussi jouer un rôle. "Les personnes obèses ont en moyenne beaucoup moins de graisse brune. La bonne nouvelle, c'est que vous pouvez créer et activer à nouveau cette fonction. En faisant de l'exercice régulièrement, ou en étant confronté à des températures plus froides. En passant deux heures par jour à 17 degrés pendant quelques semaines, vous stimulez déjà votre graisse brune", explique le Dr Van Rossum.

"En cartographiant toute cette multitude de facteurs, vous pouvez, comme pour d'autres maladies, établir un diagnostic complet des personnes obèses. Il en résulte un traitement sur mesure, ce qui augmente considérablement les chances de succès. Se baser simplement sur le mode de vie des personnes obèses ne suffit pas".

Nos partenaires