On a testé : la Technique Alexander, le manuel pour vous apprendre à mieux vous positionner

24/10/18 à 10:30 - Mise à jour à 04/11/18 à 18:26

Source: Plusmagazine

Assis, debout, marcher.... Enfant, nous l'avons fait correctement. En raison de mauvaises habitudes ou d'imitations, nous nous trompons souvent aujourd'hui. La Technique Alexander est conçue pour vous aider à retrouver votre coordination naturelle grâce à une combinaison de réflexion, d'instructions et de contact des mains. Cela semble soulager de nombreux maux chroniques comme les maux de dos.

On a testé : la Technique Alexander, le manuel pour vous apprendre à mieux vous positionner

© © G.F.

La Technique Alexander n'est pas une thérapie ou une cure, mais une sorte de technique à faire soi-même pour prévenir et soulager la douleur. Elle était déjà développée à la fin du XIXe siècle et est sujette à un renouveau ces dernières années. Aujourd'hui, de nombreux artistes et musiciens (professionnels) utilisent cette technique pour des douleurs physiques spécifiques dues à une surcharge ou à de mauvaises postures.

L'acteur australien du même nom qui a perfectionné cette méthode cherchait en fait une solution à ses problèmes de voix. En utilisant à nouveau consciemment son corps de manière naturelle, il a réussi à restaurer sa voix. "Ce mot "utilisation" est important", souligne Marianne Schenck, qui a étudié la Technique Alexander et l'enseigne. "Vous apprenez à voir et à ressentir quelles sont les mauvaises habitudes de mouvements pour votre corps. Ensuite, vous découvrez comment les arrêter et les remplacer par des mouvements corrects en guidant consciemment votre corps. Vous recevez en fait une sorte de manuel sur la façon de vous utiliser de manière optimale. C'est ainsi que votre corps en arrive à ce changement. C'est l'une des composantes importantes de la Technique Alexander".

Raquette de tennis

Chaque être humain acquiert des habitudes, des gestes spécifiques qu'il répète au cours de sa vie. Cela varie de la façon dont vous vous asseyez devant votre ordinateur, à la façon dont vous apportez un verre d'eau à votre bouche ou dont vous manipulez votre raquette de tennis. "Certaines habitudes sont bonnes, d'autres pas du tout. Avec la Technique Alexander, nous vous apprenons à vous regarder vous-même. Beaucoup de gens développent un angle mort et ne font même plus attention à leurs mauvaises habitudes. Par exemple, les gens qui sont malhonnêtes ne remarquent même plus cette malhonnêteté au bout d'un certain temps car celle-ci est devenue la "norme" pour eux. Grâce à un feedback externe, vous pourrez trouver en vous-mêmes les types de mouvements que vous considérez comme les meilleurs. C'est la première étape d'un processus de changement. Penser, ou visualiser l'activité corporelle que vous voulez faire joue également un rôle important dans la Technique Alexander. Ce n'est pas toujours facile au début, mais cela aide énormément à augmenter votre conscience corporelle et donc à orienter votre corps vers les bons mouvements".

L'impact sur les maux de dos en particulier, mais aussi sur les maux de cou et de tête et les douleurs musculaires et articulaires est bien connu. "Mais en changeant votre posture, vous avez l'air aussi différent, au sens figuré du terme : la posture a une influence mentale qu'il ne faut pas sous-estimer. Surtout avec les gens qui ont été bloqués pendant des années. En utilisant votre corps de manière optimale, votre vie sociale et émotionnelle change souvent aussi", explique Marianne Schenck.

En pratique...

La Technique Alexander est destinée à un usage quotidien, vous pouvez donc aussi l'apprendre dans un cadre " normal ", comme le salon. Pieds nus, nous nous tenons devant une chaise, tandis que l'enseignante Marianne Schenck, explique en détail ce à quoi je peux m'attendre. Outre l'explication, elle touchera aussi mon corps et ma tête - rien n'est forcé - pour me guider dans la bonne direction. Un peu comme un professeur de musique ou de sport qui vous apprend une certaine maîtrise.

On a testé : la Technique Alexander, le manuel pour vous apprendre à mieux vous positionner

© © G.F.

Commencez par vous asseoir

Apprendre à m'asseoir est ma première tâche. Un mouvement que je fais des dizaines de fois par jour, mais qui nécessite une certaine coordination. Dans un premier temps, je réalise le geste à ma façon : avec la main de Marianne sur le dos, je plie les genoux et je finis sur la chaise, les pieds croisés sous les jambes. Un seul mouvement en douceur. Du moins dans ma perception. Marianne a vu quelque chose de complètement différent. "Vous pouvez arrêter de faire de votre mieux et de forcer votre dos à être bien droit. D'ailleurs, supprimez le mot "droit", car à l'intérieur de notre corps presque tout est ondulant et souple. En visualisant la courbure en S de votre colonne vertébrale, vous pouvez mieux vous diriger vers la bonne position."

"En partant de cette posture, vous remarquerez que le mouvement " assis " correct se déroule automatiquement", explique-t-elle. Avant de me déplacer de manière optimale d'une position à l'autre, je dois placer mes pieds de sorte à ce qu'ils soient parallèles à mes hanches. Soudain, je ressens moins de tension musculaire et plus de repos. Ensuite, j'ai la mission de "réfléchir". Curieusement, cela m'aide à détendre le bas du dos pour que le reste de mon dos s'adapte aussi. Tous les systèmes autour de la colonne vertébrale sont naturellement reliés entre eux.

Marianne continue en plaçant subtilement ses mains sur mes omoplates. Plongée dans mes pensées, je dois maintenant essayer de faire bouger mes omoplates davantage vers ses mains. Le pouvoir de la pensée fonctionne parce que j'ai l'impression que mon dos grandit. Je continue pendant un certain temps jusqu'à ce que je ressente par moi-même que j'ai correctement positionné mon dos. Il est temps de s'asseoir.

Cela se produit d'abord au ralenti pour sentir chaque partie du mouvement. Curieusement, je dois d'abord "penser" au mouvement dans ma tête, sans vraiment le faire physiquement. Puis, j'ai la tâche d'avancer en me penchant lentement vers l'avant à partir de l'aine. Pendant ce temps, je dois utiliser mes hanches comme des charnières et les laisser faire le mouvement. En laissant le mouvement venir, j'ai ressenti à quel point mes genoux semblent se plier naturellement juste avant le point où je perdrais normalement mon équilibre. Mon corps se plie comme une sorte de levier.

Les yeux

C'est plus difficile de bouger mes yeux. Au lieu de regarder vers le haut, mon regard devrait suivre le mouvement vers le bas. Il s'avère que c'est un "truc" idéal pour garder la tête et le dos dans le même plan. Pourtant, c'est très encombrant et exagéré de chercher sa chaise. Quand je répète le mouvement par la suite, quelque chose me vient soudain à l'esprit. C'est ainsi que les jeunes enfants se mettent. "En effet ! C'est un mouvement réalisé sans utilisation "inutile" de la force musculaire. C'est le moyen le plus efficace pour s'asseoir. Au début, cela semble encombrant, mais en le répétant assez souvent, cela change votre mauvaise habitude au bout d'un certain temps. Une nouvelle connexion est alors établie dans votre cerveau, même si l'ancienne méthode n'a pas complètement disparu. En période de stress, nous voyons parfois les gens refaire leur ancien mouvement", explique Marianne Schenck.

"Beaucoup de problèmes de dos sont le résultat d'abus de son utilisation. Ceci est possible parce que les nombreuses vertèbres de notre dos permettent et compensent beaucoup de mouvements anormaux, jusqu'à un certain point. Notre langage influence aussi nos mouvements dans une large mesure. Beaucoup de gens confondent les hanches avec la taille, de sorte qu'ils se plient à partir du bas du dos au lieu de l'articulation de la hanche lorsqu'ils s'assoient."

Le contact de la main de l'enseignante s'avère très utile pour attirer l'attention sur les endroits précis du corps où le mouvement doit être différent. "Cette interaction entre le tronc et les jambes n'est pas seulement utile pour s'asseoir, mais aussi pour réaliser de nombreux autres mouvements quotidiens tels que s'abaisser, se pencher en avant, se coucher, etc."

On a testé : la Technique Alexander, le manuel pour vous apprendre à mieux vous positionner

© © G.F.

Repos actif

Une autre partie typique de la Technique Alexander est ce qu'on appelle le "repos actif". Il est recommandé de le faire une ou deux fois par jour pendant une dizaine de minutes, surtout en cas de douleur. Lors de cet exercice, vous devez positionner votre corps de telle sorte à ce que vous vous soyez allongé sur le dos, sur un tapis de gymnastique assez dur, avec un soutien approprié pour votre tête et votre cou. Ça pourrait être une double serviette plissée, mais certainement pas un oreiller doux ! Le but est d'aider votre dos, vos épaules et votre colonne vertébrale à se détendre profondément et de permettre à votre corps de récupérer, par exemple après une longue séance derrière un écran d'ordinateur ou en se levant.

Comme le mot l'indique, il y a en effet un "travail" réalisé pendant le repos actif. Pendant que votre corps est allongé, ou essaie de se détendre, l'enseignant effectue certains mouvements avec votre bras, jambe, main, pied. En même temps, vous devez faire toutes sortes d'exercices de visualisation qui vous permettent de vous débarrasser des spasmes inutiles de vos muscles et de desserrer les joints coincés. "C'est possible grâce à la combinaison du toucher et de la puissance de votre pensée. Tel que l'image que votre petit doigt est le pivot le long duquel votre paume tourne. En vous concentrant sur cette image, votre petit doigt se détendra et votre corps s'occupera de ce "lâcher-prise". Une fois que vous avez appris la technique, vous pouvez pratiquer vous-même le repos actif en concentrant vos pensées sur certaines images.

À la fin de l'exercice, lorsque je roule pour reprendre ma position de départ, je me sens un peu étourdie. "C'est courant au début et ça passe vite. Cela peut être le résultat de cette tension musculaire dissoute ou de votre posture qui a un peu changé. Le cerveau doit encore s'y adapter".

À quelle fréquence ?

Après quelques séances, vous aurez maîtrisé les techniques de base et les connaissances de base : l'objectif est que vous puissiez les intégrer dans votre vie quotidienne. Pour des problèmes spécifiques, vous pouvez également apprendre des exercices plus ciblés. Avec l'impression que mon corps s'allège et s'assouplit, je sors. Physiquement, je me sens détendue, mais mentalement, ces nombreuses visualisations s'avèrent épuisantes. Heureusement, les techniques sont assez simples et le défi de les appliquer quotidiennement jusqu'à ce qu'elles deviennent routinières est moindre. Après deux jours, je ne remarque même plus que je glisse mes pieds tendus sous ma chaise en étant assise. Comme pour beaucoup de techniques de mouvement, c'est une question de pratique et de persévérance.

En savoir plus sur:

Nos partenaires