Nez bouché ou stress ? Votre respiration pourrait en être la cause

26/02/19 à 10:36 - Mise à jour à 10:39

Source: Plusmagazine

Nous respirons inconsciemment 24 heures sur 24. Tout aussi inconsciemment, ce processus tourne souvent mal et nous respirons trop superficiellement ou trop peu par l'abdomen. Cela peut mener à une série de problèmes liés au stress, à un rythme cardiaque irrégulier ou à un nez constamment bouché. Respirer différemment peut briser ce cercle vicieux.

Nez bouché ou stress ? Votre respiration pourrait en être la cause

© iStock

Le stress, la peur ou la tension peuvent nous faire respirer plus vite sans qu'on s'en rende compte. Parfois jusqu'à 15 fois par minute, alors qu'un corps au repos n'a besoin que de six respirations par minute. Lorsque nous sommes tendus, nos épaules sont contractées et notre diaphragme, muscle respiratoire le plus important, se bloque. Cela perturbe alors la respiration abdominale naturelle. Par conséquent, vous inspirez et expirez plus haut dans la poitrine.

Que se passe-t-il ?

Une respiration accélérée provoque un déséquilibre dans le sang. Particulièrement lorsque nous inspirons par la bouche puisque trop d'oxygène et trop de dioxyde de carbone pénètrent dans nos voies respiratoires. Le corps réagit alors en fermant les petits vaisseaux sanguins pour empêcher cet ajout d'oxygène. Cette réaction protectrice peut entraîner une minceur, une pression sur la poitrine, des palpitations et même une hyperventilation chez les personnes sensibles. Ces symptômes peuvent à leur tour causer de l'anxiété, du stress, de l'insomnie, etc. On entre dans un cercle vicieux mêlant tension et hyperventilation chronique.

Comment gérez-vous cela ?

Une manière efficace pour sortir de ce cercle vicieux est de maintenir une respiration consciente et calme. Faites attention à la position de vos épaules. En abaissant vos épaules, vous respirez, parlez et bougez automatiquement plus lentement. De cette façon, vous pouvez utiliser votre respiration comme un moteur pour relaxer votre corps.

Diverses études ont montré que nous sommes capables d'influencer notre rythme cardiaque et notre cerveau grâce à notre respiration. Le cerveau a une grande influence sur le coeur. Dans les situations dangereuses et stressantes, il donne au coeur et à la respiration le signal d'accélérer. Mais cela fonctionne aussi dans l'autre sens. Une augmentation de la fréquence cardiaque alerte le cerveau à son tour. En réagissant immédiatement et en ralentissant consciemment notre respiration, nous pouvons retrouver un rythme cardiaque régulier. Le cerveau interprétera alors cette situation comme une situation sûre et le reste du corps se relaxera.

Qu'est-ce qu'une respiration correcte ?

Asseyez-vous et observez attentivement votre respiration. Posez une main sur votre poitrine et une main sur votre ventre. Qu'est-ce qui bouge : poitrine ou abdomen ? Combien de fois par minute ? Votre respiration est-elle lente ou rapide, fluide ou choquante ? Quel est le rythme entre l'inspiration et l'expiration ? En faisant ce test, vous devenez sensible à votre propre souffle. Il est utile de comprendre que, lorsque nous sommes stressés, nous respirons haut et vite et que, lorsque nous sommes sereins, nous inspirons plus lentement.

Essayez de prendre l'habitude de respirer par le nez. Cela permettra de chauffer l'air et de l'humidifier suffisamment. Les cils et les muqueuses de la cavité nasale purifient l'air et protègent les poumons contre de nombreuses bactéries et virus. Respirer par le nez est également plus économique que respirer par la bouche, un avantage supplémentaire pour ceux qui respirent trop et trop vite. Vous pouvez également expirer très doucement par la bouche.

La meilleure façon de soutenir la respiration au repos est d'inspirer à un rythme de trois battements de coeur, de se reposer durant un battement et d'expirer pendant cinq à six battements. L'inspiration prend moins de temps parce que l'oxygène diminue. Lors de l'expiration, une " contre-pression " doit être donnée. "Cependant, il n'est pas dans l'intention de concentrer trop votre attention sur ces chiffres. Cela pourrait causer plus de stress, surtout pour ceux qui tendent vers le perfectionnisme. Ce qui est beaucoup plus important, c'est d'avoir une respiration douce et ondulée à partir du ventre", explique Chris Lenaerts, physiothérapeute spécialisé dans l'approche de l'hyperventilation.

Deux exercices de respiration

1 - Nez bouché

Ceci peut être le résultat d'un rhume, d'une rhinite allergique ou d'une hyperventilation chronique. Vous pouvez faire face à cette production supplémentaire de mucus dans le nez par l'auto-drainage et en inspirant et expirant par le nez à l'avenir.

Comment?

Tenez-vous droit, les jambes légèrement écartées. Tenez un support d'une main, par exemple une rampe de chaise.

Inspirez et expirez une fois, puis pincez-vous le nez pendant l'exercice.

Maintenant, pliez rapidement le haut de votre corps vers l'avant et redressez-le, comme si vous hochiez la tête en signe de " oui ". Répétez ce mouvement une dizaine de fois.

Relâchez votre nez et inspirez doucement par le nez.

Répétez l'opération si nécessaire, jusqu'à ce que votre nez soit complètement dégagé.

2 - Stress

Cet exercice prend peu de temps (environ dix minutes deux fois par jour) mais vous devez le maintenir pendant au moins 4 semaines pour en ressentir pleinement les effets. Ceci a pour but de calmer le coeur et le cerveau. Cela augmentera votre résistance au stress.

Comment ?

Vous pouvez le faire assis, couché ou debout. Vous pouvez même le faire dans une file, à la caisse ou à un moment stressant, à la maison ou au travail.

Inspirez avec précaution pendant 3 - 4 battements de coeur et expirez de nouveau durant 5-6 battements. Cela revient à 6 respirations par minute.

Vous pouvez poser votre main sur votre poitrine, qui ne bouge pas. Vous respirez donc par l'abdomen.

En savoir plus sur: