"La combinaison d'une mauvaise respiration causée par le masque buccal et de la peur d'être infecté par le virus du SRAS-CoV-2 encourage l'hyperventilation chronique", souligne la thérapeute respiratoire Katrien Geeraerts. "À cause du masque buccal, ces personnes ont l'impression d'absorber moins d'oxygène. A tort. Mais à cause de ce préjugé, elles ont alors tendance à respirer plus rapidement et plus profondément par la bouche plutôt que par le nez. Le rythme passe à 12, voire 16 respirations par minute en position assise. À ce rythme-là, une hyperventilation chronique peut alors se produire. Cette forme est plus courante mais beaucoup moins reconnue que les crises aiguës d'hyperventilation".

Les symptômes typiques de l'hyperventilation chronique sont la fatigue, les maux de tête, l'essoufflement et une sensation oppressante comme si une "patte d'éléphant" compressait votre poitrine. "Les symptômes ressemblent quelque peu à une infection Covid-19. Résultat : le stress peut alors provoquer des crises d'angoisse et vous entraîner dans un cercle vicieux. La respiration et la peur s'influencent très fortement l'une l'autre. Vous pouvez remédier à ce problème grâce à un certain nombre de conseils pratiques qui sont à la portée de tous".

10 conseils pour une respiration "masquée" en douceur

  1. Continuez à inspirer et à expirer par le nez, comme vous le feriez sans masque buccal. Ainsi, vous respirerez avec plus de modération, votre échange oxygène-dioxyde de carbone restera équilibré et vous pourrez prévenir les réactions d'anxiété et de stress. Une respiration douce donnera à votre cerveau et à votre coeur le signal que tout est sous contrôle.
  2. Faites attention à votre intonation lorsque vous parlez et maintenez-la à un niveau assez bas. Si vous vous sentez mal à l'aise ou stressé, vous avez inconsciemment tendance à parler sur un ton plus élevé. Chaque phrase se terminera dans des intonations plus fortes, mais cela risque de vous faire encore plus haleter. Il est également préférable de ne pas élever la voix avec votre masque buccal.
  3. Baissez les épaules. Dès que vous remontez votre ceinture scapulaire (ou ceinture pectorale), vous commencez à respirer en gonflant le haut de la poitrine au lieu d'utiliser la respiration diaphragmatique souhaitée qui, elle, aura tendance à vous calmer.
  4. Essayez de considérer le masque buccal comme une solution plutôt que comme une menace ou une partie de votre problème. Nous devons le porter longtemps, il s'agit donc d'adapter votre état d'esprit. Rassurez-vous aussi en vous disant que vous pouvez toujours l'enlever.
  5. Retirez régulièrement votre masque buccal ou faites une pause, surtout si vous devez le porter pendant une longue période. Pendant votre pause, sortez afin de respirer de l'air frais ou faites des exercices de respiration qui vous permettront d'inspirer plus rapidement et d'expirer plus lentement. Il existe plusieurs applications sur le smartphone qui vous proposent des guides respiratoires tels que Paced breathing, Respiroguide Pro. Ou employez tout simplement votre montre. Inspirez pendant 4 secondes, expirez pendant 6 secondes, cela apporte la paix à votre système nerveux autonome.
  6. Changez de masque buccal régulièrement. Certainement toutes les 3 à 4 heures ou dès que vous sentez qu'il y a de la condensation.
  7. Choisissez un masque buccal qui vous convient. Essayez certains modèles avec des rubans ou des élastiques. Pour certaines personnes souffrant d'hyperventilation, les masques en tissu sont plus inconfortables (inconfort respiratoire) que les masques chirurgicaux jetables plus légers. Préférez celui qui est le plus confortable pour vous.
  8. Faites-en une nouvelle routine. Prévoyez une boîte ou un sac de rangement dans lequel vous pourrez ranger vos masques buccaux de manière hygiénique et les garder à portée de main à tout moment. Tout comme se brosser les dents, elles feront partie de votre vie quotidienne.
  9. Continuez à boire beaucoup d'eau. Un grand nombre de personnes présentent des symptômes de déshydratation parce qu'elles oublient d'enlever leur masque et de boire régulièrement. Or, une bonne hydratation est également importante pour lutter contre les crises d'angoisse.
  10. Si vous sentez qu'une crise de panique se prépare, rafraîchissez vos mains et vos poignets sous un jet d'eau froide. Portez des vêtements amples et certainement pas inconfortables. Réconfortez-vous comme vous réconforteriez un enfant et prenez soin de vous.
"La combinaison d'une mauvaise respiration causée par le masque buccal et de la peur d'être infecté par le virus du SRAS-CoV-2 encourage l'hyperventilation chronique", souligne la thérapeute respiratoire Katrien Geeraerts. "À cause du masque buccal, ces personnes ont l'impression d'absorber moins d'oxygène. A tort. Mais à cause de ce préjugé, elles ont alors tendance à respirer plus rapidement et plus profondément par la bouche plutôt que par le nez. Le rythme passe à 12, voire 16 respirations par minute en position assise. À ce rythme-là, une hyperventilation chronique peut alors se produire. Cette forme est plus courante mais beaucoup moins reconnue que les crises aiguës d'hyperventilation".Les symptômes typiques de l'hyperventilation chronique sont la fatigue, les maux de tête, l'essoufflement et une sensation oppressante comme si une "patte d'éléphant" compressait votre poitrine. "Les symptômes ressemblent quelque peu à une infection Covid-19. Résultat : le stress peut alors provoquer des crises d'angoisse et vous entraîner dans un cercle vicieux. La respiration et la peur s'influencent très fortement l'une l'autre. Vous pouvez remédier à ce problème grâce à un certain nombre de conseils pratiques qui sont à la portée de tous".