L'origine sociale creuse les inégalités de santé

Les citoyens belges les plus pauvres présentaient en 2016 un risque de mortalité de 22% supérieur à celui de la population générale, ressort-il des chiffres de l'Agence intermutualiste, regroupant sept mutualités nationales. Par rapport aux tranches de population les plus aisées, le risque de mortalité est de 56% supérieur, relève Le Soir mardi.

6 migraineux sur 10 ne connaissent pas le déclencheur de leur migraine

Plus de la moitié des migraineux belges ne sont peu ou pas conscients des déclencheurs de leur migraine, ressort-il d'une étude réalisée par le bureau d'études iVOX, auprès de 1.000 Belges souffrant de ces maux de tête violents. Cette étude intervient dans le cadre de la Semaine de la migraine organisée entre le 13 et 18 mai.

Peur d'avoir une maladie chronique ? Faites un test pour le vérifier

Les applications médicales ne manquent pas, mais le nouvel arrivant emma.health est différent. Cette plate-forme numérique, co-développée par des médecins, permet de vérifier les risques d'avoir un quelconque trouble de la santé bien avant que vous ne tombiez malade. "Un pas en avant vers une véritable prévention", déclare Servaas Bingé, l'un des inventeurs.

La lutte contre les allergies cutanées commence dans nos vêtements

Face aux cas d'allergies cutanées liés à des textiles d'habillement, l'agence de sécurité sanitaire française (Anses) et l'Agence suédoise des produits chimiques (KemI) proposent aux autorités européennes d'"interdire ou limiter plus de mille substances allergisantes" dans les vêtements.

Comment soigner un hallux valgus

L'hallux valgus peut fortement handicaper la vie au quotidien. Si certains traitements permettent de freiner son évolution, une opération s'avère souvent nécessaire.

Et si Dr Google n'était pas notre ami ?

En cas de pépin de santé, près d'un tiers des patients belges cherchent des informations sur internet, afin d'essayer de poser eux-mêmes un diagnostic. Problème : pour une majorité de médecins, ce réflexe est susceptible d'entraver la relation de confiance entre soignants et patients. Et, in fine, de nuire à la qualité des soins.

Pourquoi ignorons-nous encore si souvent les grains de beauté suspects ?

39.000 nouveaux patients atteints d'un cancer de la peau sont identifiés chaque année en Belgique. Le cancer de la peau est considéré comme la tumeur qui croît le plus rapidement. Pourtant, les taches de peau suspectes sont trop souvent sous-estimées, voire ignorées pendant longtemps. C'est pourquoi la campagne annuelle Euromelanoma se concentre sur une approche psychologique : "La lutte contre le cancer de la peau commence dans votre tête."