Malade chronique ? Optez pour un pharmacien de référence !

25/09/18 à 13:35 - Mise à jour à 28/09/18 à 16:43

Source: Plusmagazine

Qui dit maladie chronique, dit bien souvent un ou plusieurs médicaments à prendre quotidiennement. Pour assurer un meilleur suivi de cette médication parfois compliquée, tout patient chronique peut se choisir un pharmacien de référence. 600.000 Belges ont déjà opté pour ce service remboursé !

Malade chronique ? Optez pour un pharmacien de référence !

votre pharmacien de référence peut vous convier si nécessaire à un entretien d'accompagnement. Par exemple pour vous expliquer le bon usage de vos médicaments. © ISTOCK

Pas toujours facile de s'y retrouver dans la masse de médicaments à prendre, lorsqu'on souffre d'une ou plusieurs pathologies chroniques ! Depuis octobre 2007, il est toutefois possible de signer une convention avec son pharmacien, qui devient alors "pharmacien de référence" : sa tâche est "d'assurer un accompagnement, un suivi du patient et de l'aider au bon usage de ses médicaments en toute sécurité". Concrètement, le pharmacien de référence va éditer un schéma de médication complet et à jour, listant l'ensemble des médicaments, doses et posologies prescrites au patient. "Quel que soit le médecin prescripteur et même quand les médicaments sont achetés dans une autre pharmacie - de garde notamment - les informations arriveront, via le dossier pharmaceutique partagé (DPP), chez le pharmacien de référence qui les centralisera". Un outil bien utile pour le généraliste, l'infirmière à domicile ou en cas d'hospitalisation !

Suivi optimal

Cette vue d'ensemble sur le ou les traitements permet également au patient d'avoir un aide-mémoire complet et des conseils personnalisés. Le pharmacien, lui, peut vérifier les possibles interactions entre médicaments, les éventuels doublons... et renvoyer le patient vers son médecin de famille ou un spécialiste le cas échéant. Il n'est en effet pas impossible que deux pathologies différentes, éventuellement traitées par des médecins différents, soient traités avec des molécules peu compatibles ou grosso modo identiques. D'où l'intérêt d'avoir une vision globale, permettant d'ajuster au mieux la médication.

"Je suis malade chronique et j'ai beaucoup de problèmes de santé, témoigne ainsi Ann dans l'Echo du pharmacien de référence. J'en suis arrivée à prendre quinze médicaments différents par jour. Pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraître, je me sentais quand même de plus en plus mal. [...] Après une longue discussion avec ma pharmacienne de référence, celle-ci m'a envoyée chez un spécialiste en médecine interne. Elle m'a préparé toute une série de conseils et de suggestions, ainsi que la liste complète des médicaments que je prenais. Sur cette base, l'interniste a supprimé pas moins de huit médicaments de ma liste ! Avec tous ces médicaments en moins par jour, je me sens à nouveau beaucoup mieux."

Intégralement remboursé

Pour désigner son pharmacien de référence, il suffit de signer une convention avec le pharmacien de son choix, en officine. Ce dernier enregistrera votre accord pour "suivi des soins pharmaceutiques" - permettant au pharmacien de réaliser le schéma de médication et de vous proposer un entretien d'accompagnement - ainsi que votre "consentement éclairé" pour le partage électronique de vos données de santé entre prestataires de soins.

Opter pour un pharmacien de référence est facturé 31,80€ par an à votre mutuelle. Vous ne payez donc rien de votre poche. Vous gardez en outre la possibilité de changer de pharmacien de référence à tout moment, tout comme la possibilité de vous rendre dans une autre pharmacie pour acheter vos médicaments.

Un service bien ancré en Belgique

L'accompagnement personnalisé vise à offrir aux malades chroniques une écoute attentive, mais aussi un schéma reprenant tous les médicaments qu'ils utilisent. "Le pharmacien est l'expert du médicament. Il est donc le mieux placé pour s'assurer du suivi du traitement des patients atteints de maladie chronique", avait affirmé Mme De Block lors du lancement de la campagne en octobre 2017.

Un an plus tard, le service est bien ancré en pharmacie, mais ses bénéfices restent méconnus de la population, souligne l'Association pharmaceutique belge (APB). Une nouvelle campagne de sensibilisation est lancée ce mardi dans les officines et sur les réseaux sociaux.

En Belgique, plus d'une personne sur quatre souffre d'une maladie chronique nécessitant la prise régulière d'au moins un médicament. Or les études montrent que la moitié des patients chroniques ne les utilisent pas de façon optimale.

Avec Belga

Nos partenaires