Les patients atteints d'un cancer doivent souvent faire face à un traitement lourd. Pour rendre plus supportable cette période difficile, des thérapies de soutien existent telles que le traitement contre la douleur, le soutien psychosocial, l'adoucissement des effets secondaires et les exercices physiques.

Quels sont les exercices physiques visés?

Par exercice physique on entend n'importe quel type de mouvement du corps, réalisé régulièrement au cours d'un certain laps de temps. Il peut s'agir de marche, de vélo, de natation ou de fitness mais aussi d'exercices initiés sous la supervision d'un thérapeute, que le patient poursuit ensuite individuellement.

Pas d'effet prouvé, mais aucun danger non plus pour le patient

Pour la plupart des cancers, il n'y a aucune preuve scientifique fiable démontrant que tel ou tel type d'exercice physique aurait un effet plus favorable sur la qualité de vie, la fatigue ou l'endurance du patient. D'un autre côté, aucun effet négatif n'a pu également être démontré et il semble que l'exercice physique ne soit pas dangereux pour le patient cancéreux. Face à ce manque de preuves fiables, le KCE plaide pour la mise sur pied de grandes études de qualité.

Entretemps, il n'y a aucune raison de croire que la recommandation générale de bouger beaucoup ne s'appliquerait pas pendant un traitement anticancéreux lourd. Une personne sous chimiothérapie ou radiothérapie ne doit donc pas arrêter ses balades en vélo ou ses promenades avec le chien pendant son traitement, si cela lui fait du bien.

Les patients atteints d'un cancer doivent souvent faire face à un traitement lourd. Pour rendre plus supportable cette période difficile, des thérapies de soutien existent telles que le traitement contre la douleur, le soutien psychosocial, l'adoucissement des effets secondaires et les exercices physiques.Par exercice physique on entend n'importe quel type de mouvement du corps, réalisé régulièrement au cours d'un certain laps de temps. Il peut s'agir de marche, de vélo, de natation ou de fitness mais aussi d'exercices initiés sous la supervision d'un thérapeute, que le patient poursuit ensuite individuellement.Pour la plupart des cancers, il n'y a aucune preuve scientifique fiable démontrant que tel ou tel type d'exercice physique aurait un effet plus favorable sur la qualité de vie, la fatigue ou l'endurance du patient. D'un autre côté, aucun effet négatif n'a pu également être démontré et il semble que l'exercice physique ne soit pas dangereux pour le patient cancéreux. Face à ce manque de preuves fiables, le KCE plaide pour la mise sur pied de grandes études de qualité.Entretemps, il n'y a aucune raison de croire que la recommandation générale de bouger beaucoup ne s'appliquerait pas pendant un traitement anticancéreux lourd. Une personne sous chimiothérapie ou radiothérapie ne doit donc pas arrêter ses balades en vélo ou ses promenades avec le chien pendant son traitement, si cela lui fait du bien.