Cette dernière a été menée auprès de 19 chirurgiens plasticiens issus de cliniques privées et publiques. Près de la moitié des médecins en question n'ont pas, ou très peu, évoqué les inconvénients potentiels de l'opération. "Quatre des médecins n'en ont même pas parlé", explique Test-Achats dans un communiqué.

Par ailleurs, seuls trois médecins ont expliqué qu'une opération ultérieure serait nécessaire pour remplacer ou enlever les implants alors que cinq spécialistes ont laissé entendre que les implants ne doivent jamais être remplacés. En outre, un tiers des médecins consultés n'ont pas demandé à la patiente si elle prenait des médicaments et ils n'ont posé aucune question au sujet d'éventuels troubles ou maladies.

Globalement, seuls deux chirurgiens n'ont reçu aucune appréciation négative concernant les 10 critères étudiés par Test-Achats. A l'inverse, 8 médecins ont reçu une évaluation très négative pour cinq des 10 critères. Test-Achats exige donc "une législation spécifique qui définit quelles sont les compétences qu'un chirurgien doit avoir et quelle formation il doit avoir pour pouvoir exercer la profession".

Cette dernière a été menée auprès de 19 chirurgiens plasticiens issus de cliniques privées et publiques. Près de la moitié des médecins en question n'ont pas, ou très peu, évoqué les inconvénients potentiels de l'opération. "Quatre des médecins n'en ont même pas parlé", explique Test-Achats dans un communiqué. Par ailleurs, seuls trois médecins ont expliqué qu'une opération ultérieure serait nécessaire pour remplacer ou enlever les implants alors que cinq spécialistes ont laissé entendre que les implants ne doivent jamais être remplacés. En outre, un tiers des médecins consultés n'ont pas demandé à la patiente si elle prenait des médicaments et ils n'ont posé aucune question au sujet d'éventuels troubles ou maladies. Globalement, seuls deux chirurgiens n'ont reçu aucune appréciation négative concernant les 10 critères étudiés par Test-Achats. A l'inverse, 8 médecins ont reçu une évaluation très négative pour cinq des 10 critères. Test-Achats exige donc "une législation spécifique qui définit quelles sont les compétences qu'un chirurgien doit avoir et quelle formation il doit avoir pour pouvoir exercer la profession".