Avec cette nouvelle campagne, la Ligue Braille s'adresse d'une part aux personnes aveugles et malvoyantes, afin qu'elles sachent qu'elles peuvent compter sur l'association pour répondre à leurs questions et chercher des solutions à leur problème d'emploi. D'autre part, elle met en évidence le potentiel des personnes déficientes visuelles sur le marché du travail lorsqu'elles bénéficient d'un accompagnement spécifique. La Ligue Braille se concentre sur des solutions concrètes pour renforcer les compétences des personnes malvoyantes et adapter l'environnement de travail. Car ce sont les compétences qui font d'une personne aveugle ou malvoyante un bon employé, et non ses différences.

Grâce à son expérience, son approche multidisciplinaire et personnalisée, c'est une réelle expertise qui est mise au service des personnes déficientes visuelles, pour les aider à surmonter tous les obstacles sur le chemin vers l'emploi.

Les employeurs ne connaissent souvent pas les possibilités offertes aux malvoyants

Malheureusement, de nombreux employeurs ne savent pas encore qu'une personne malvoyante peut souvent effectuer un travail aussi bien qu'une autre, à condition de procéder à de petits ajustements de l'environnement de travail. Si, grâce aux évolutions technologiques, le champ des possibilités s'est considérablement élargi, l'adaptation du poste de travail ou la mise à disposition d'aides techniques laissent encore trop souvent à désirer. Dans ce domaine également, la Ligue Braille propose un accompagnement professionnel et souhaite le faire connaître.

Valérie témoigne

Valérie Volckaert devient le nouveau visage de cette campagne axée sur l'emploi. Après une dizaine d'années passées dans l'Horeca, elle travaille depuis 2015 comme réceptionniste dans un cabinet de notaires de l'avenue Louise.

null, Ligue Braille
null © Ligue Braille

Valérie : "Tout s'est toujours très bien passé avec mes collègues et mes responsables. Mais dans mon parcours, je me suis rendue compte qu'au moment de l'engagement, à compétences égales, le choix est vite fait et il ne penche pas en faveur des personnes déficientes visuelles. J'ai décroché mon emploi actuel suite à un stage de trois mois lié à une formation suivie au Centre de formation professionnelle de la Ligue Braille. J'ai envoyé une cinquantaine de CV et je n'ai reçu que deux ou trois réactions. Le cabinet cherchait d'urgence un remplacement dans le cadre d'un congé de maternité. Au final, ils étaient tellement contents de mon travail qu'ils m'ont engagée."

Adaptation du poste de travail

L'adaptation du lieu de travail concerne non seulement les infrastructures, mais aussi la disposition du bureau, la luminosité, les outils de travail... Les conseillers de la Ligue Braille analysent la situation et proposent des aménagements, éventuellement sous forme d'adaptations techniques.

Bart Verdickt, responsable du GOB (Centre de formation professionnelle flamand) de la Ligue Braille : "Les préjugés ou la discrimination sont souvent le résultat de l'ignorance. On entend parfois des objections telles que "une personne aveugle postule à un poste qui demande beaucoup de travail sur ordinateur, ce qui n'est pas possible, puisqu'elle ne peut pas voir l'écran", alors que le travail sur ordinateur est bien sûr possible, à condition de disposer des bons outils et de suivre une formation à leur utilisation. Je préfère accueillir ces préoccupations de manière positive : mieux vaut qu'un employeur exprime de telles préoccupations, de manière à ce que nos employés puissent alors réagir et donner les informations correctes pour ainsi supprimer tous les doutes, les craintes et les inquiétudes".

Plus d'infos sur le site de la Ligue Braille.

Avec cette nouvelle campagne, la Ligue Braille s'adresse d'une part aux personnes aveugles et malvoyantes, afin qu'elles sachent qu'elles peuvent compter sur l'association pour répondre à leurs questions et chercher des solutions à leur problème d'emploi. D'autre part, elle met en évidence le potentiel des personnes déficientes visuelles sur le marché du travail lorsqu'elles bénéficient d'un accompagnement spécifique. La Ligue Braille se concentre sur des solutions concrètes pour renforcer les compétences des personnes malvoyantes et adapter l'environnement de travail. Car ce sont les compétences qui font d'une personne aveugle ou malvoyante un bon employé, et non ses différences.Grâce à son expérience, son approche multidisciplinaire et personnalisée, c'est une réelle expertise qui est mise au service des personnes déficientes visuelles, pour les aider à surmonter tous les obstacles sur le chemin vers l'emploi.Malheureusement, de nombreux employeurs ne savent pas encore qu'une personne malvoyante peut souvent effectuer un travail aussi bien qu'une autre, à condition de procéder à de petits ajustements de l'environnement de travail. Si, grâce aux évolutions technologiques, le champ des possibilités s'est considérablement élargi, l'adaptation du poste de travail ou la mise à disposition d'aides techniques laissent encore trop souvent à désirer. Dans ce domaine également, la Ligue Braille propose un accompagnement professionnel et souhaite le faire connaître.Valérie Volckaert devient le nouveau visage de cette campagne axée sur l'emploi. Après une dizaine d'années passées dans l'Horeca, elle travaille depuis 2015 comme réceptionniste dans un cabinet de notaires de l'avenue Louise.Valérie : "Tout s'est toujours très bien passé avec mes collègues et mes responsables. Mais dans mon parcours, je me suis rendue compte qu'au moment de l'engagement, à compétences égales, le choix est vite fait et il ne penche pas en faveur des personnes déficientes visuelles. J'ai décroché mon emploi actuel suite à un stage de trois mois lié à une formation suivie au Centre de formation professionnelle de la Ligue Braille. J'ai envoyé une cinquantaine de CV et je n'ai reçu que deux ou trois réactions. Le cabinet cherchait d'urgence un remplacement dans le cadre d'un congé de maternité. Au final, ils étaient tellement contents de mon travail qu'ils m'ont engagée."L'adaptation du lieu de travail concerne non seulement les infrastructures, mais aussi la disposition du bureau, la luminosité, les outils de travail... Les conseillers de la Ligue Braille analysent la situation et proposent des aménagements, éventuellement sous forme d'adaptations techniques.Bart Verdickt, responsable du GOB (Centre de formation professionnelle flamand) de la Ligue Braille : "Les préjugés ou la discrimination sont souvent le résultat de l'ignorance. On entend parfois des objections telles que "une personne aveugle postule à un poste qui demande beaucoup de travail sur ordinateur, ce qui n'est pas possible, puisqu'elle ne peut pas voir l'écran", alors que le travail sur ordinateur est bien sûr possible, à condition de disposer des bons outils et de suivre une formation à leur utilisation. Je préfère accueillir ces préoccupations de manière positive : mieux vaut qu'un employeur exprime de telles préoccupations, de manière à ce que nos employés puissent alors réagir et donner les informations correctes pour ainsi supprimer tous les doutes, les craintes et les inquiétudes".Plus d'infos sur le site de la Ligue Braille.