Table des matières:

Il y a deux siècles, notre espérance de vie était limitée à 20 ou 30 ans. Aujourd'hui, elle est d'environ 75 ans pour les hommes et de 81 ans pour les femmes. La Française Jeanne Calment reste, avec ses 122 ans, 5 mois et 11 jours, la détentrice du record absolu, tandis que la doyenne d'âge actuelle est l'Equatorienne Maria Copovilla, dont on dit qu'à 116 ans elle lit toujours sans lunettes.

Au fil du temps, beaucoup de théories et d'hypothèses ont vu le jour pour expliquer le processus de vieillissement de notre organisme. Ces diverses théories ne sont pas nécessairement inconciliables. Il est même fort probable qu'il existe plusieurs mécanismes réglant le vieillissement. Selon des études récentes, le processus de vieillissement entraînerait quatre modifications importantes au niveau de nos cellules :

La formation de radicaux libres

Les radicaux libres sont des substances particulièrement réactives créées par des processus naturels au sein même de la cellule mais aussi des facteurs extérieurs et nocifs. Lorsque ces radicaux libres ne sont pas neutralisés par des anti-oxydants, ils peuvent causer beaucoup de dommages au niveau de la membrane cellulaire et de l'ADN, situé dans le noyau cellulaire.

Retour à la table des matières

La dégénérescence de la membrane cellulaire

La membrane cellulaire (l'enveloppe de la cellule) joue un rôle important dans la protection des processus qui se déroulent au sein de la cellule.

Retour à la table des matières

La baisse de la production d'énergie dans la cellule

Tous les processus qui se déroulent dans notre organisme réclament de l'énergie. Et la production d'énergie faiblirait avec le temps, ce qui influencerait donc le processus de vieillissement.

Retour à la table des matières

Des modifications du matériel héréditaire

Les télomères joueraient un rôle important à cet égard. Les télomères sont comparables à des bâtonnets situés à l'extrémité des chromosomes (qui portent l'information héréditaire). À chaque division cellulaire, c'est comme si l'on coupait un petit bout du télomère. À un moment donné, le raccourcissement du télomère devient tel que la cellule n'est plus capable de se diviser. Nos cellules ne pourraient donc se diviser qu'un certain nombre de fois et présenteraient ensuite toutes sortes de déficiences mettant de plus en plus en évidence le processus de vieillissement.

Retour à la table des matières

Table des matières:Il y a deux siècles, notre espérance de vie était limitée à 20 ou 30 ans. Aujourd'hui, elle est d'environ 75 ans pour les hommes et de 81 ans pour les femmes. La Française Jeanne Calment reste, avec ses 122 ans, 5 mois et 11 jours, la détentrice du record absolu, tandis que la doyenne d'âge actuelle est l'Equatorienne Maria Copovilla, dont on dit qu'à 116 ans elle lit toujours sans lunettes. Au fil du temps, beaucoup de théories et d'hypothèses ont vu le jour pour expliquer le processus de vieillissement de notre organisme. Ces diverses théories ne sont pas nécessairement inconciliables. Il est même fort probable qu'il existe plusieurs mécanismes réglant le vieillissement. Selon des études récentes, le processus de vieillissement entraînerait quatre modifications importantes au niveau de nos cellules : Les radicaux libres sont des substances particulièrement réactives créées par des processus naturels au sein même de la cellule mais aussi des facteurs extérieurs et nocifs. Lorsque ces radicaux libres ne sont pas neutralisés par des anti-oxydants, ils peuvent causer beaucoup de dommages au niveau de la membrane cellulaire et de l'ADN, situé dans le noyau cellulaire.Retour à la table des matièresLa membrane cellulaire (l'enveloppe de la cellule) joue un rôle important dans la protection des processus qui se déroulent au sein de la cellule.Retour à la table des matièresTous les processus qui se déroulent dans notre organisme réclament de l'énergie. Et la production d'énergie faiblirait avec le temps, ce qui influencerait donc le processus de vieillissement. Retour à la table des matièresLes télomères joueraient un rôle important à cet égard. Les télomères sont comparables à des bâtonnets situés à l'extrémité des chromosomes (qui portent l'information héréditaire). À chaque division cellulaire, c'est comme si l'on coupait un petit bout du télomère. À un moment donné, le raccourcissement du télomère devient tel que la cellule n'est plus capable de se diviser. Nos cellules ne pourraient donc se diviser qu'un certain nombre de fois et présenteraient ensuite toutes sortes de déficiences mettant de plus en plus en évidence le processus de vieillissement.Retour à la table des matières