Petits et grands stressés

Lorsque l'on évoque le mauvais stress, on pense généralement au stress dû à des problèmes au travail, à un licenciement, à la perte d'un être cher ou à un divorce. Pourtant, une simple crevaison, une dispute avec un autre usager de la route ou la perte de ses clés sont également des sources de stress. Rien de bien méchant si vous oubliez rapidement l'événement et que, une fois l'émotion passée, vous continuez de sourire. Mais une étude menée par la Pennsylvania State University a montré que, s'il vous reste en tête, il y a un risque de voir augmenter les problèmes de santé.

Un petit stress que l'on arrive pas à oublier

Des chercheurs affirment que si nous n'arrivons pas à nous ôter de l'esprit, de petits désagréments quotidiens peuvent affecter la santé. Ils ont étudié les résultats de l'étude Midlife in the United States, une vaste enquête qui a permis de suivre pendant plusieurs années une série d'adultes américains. Il en ressort que des émotions négatives suscitées par de petits désagréments mais qui perdurent plus que la normale peuvent, à long terme, avoir des effets négatifs sur la santé.

L'étude

Dans un premier temps, les participants ont répondu, huit jours durant, à un questionnaire sur les émotions négatives ressenties au cours des 24 dernières heures et sur les causes de ces émotions. Dix ans plus tard, on a interrogé ces mêmes personnes sur l'évolution de leur état de santé : étaient-elles atteintes d'une maladie chronique ou avaient-elles d'autres types de difficultés physiques ? Pouvaient-elles effectuer sans problèmes des gestes de tous les jours, comme s'habiller, monter les escaliers, porter un sac de courses ou faire une courte promenade ?

Quand le stress perdure une journée entière

Les participants ayant indiqué, dans les premiers questionnaires, qu'ils étaient plus stressés que la normale par des événements désagréables survenus la veille, semblaient avoir davantage de problèmes de santé. On a observé dans ce groupe plus de maladies chroniques, plus de limitations fonctionnelles et plus de difficultés dans l'accomplissement des activités quotidiennes.

Lâcher prise

Ainsi, le stress provoqué par un événement désagréable mais aussi la quantité de problèmes rencontrés au quotidien influent directement sur la santé. D'autant plus si les situations à l'origine du stress s'incrustent dans l'esprit. La solution ? Lâcher prise. Plus facile à dire qu'à faire. Après un échec, certains passent rapidement à autre chose d'un haussement d'épaules - "Le monde ne va pas s'arrêter de tourner pour si peu" ou "Je m'en remettrai" - alors que d'autres n'y arrivent pas. Des techniques comme la pleine conscience et la méditation peuvent les aider à se libérer plus facilement de leurs émotions négatives.

Lorsque l'on évoque le mauvais stress, on pense généralement au stress dû à des problèmes au travail, à un licenciement, à la perte d'un être cher ou à un divorce. Pourtant, une simple crevaison, une dispute avec un autre usager de la route ou la perte de ses clés sont également des sources de stress. Rien de bien méchant si vous oubliez rapidement l'événement et que, une fois l'émotion passée, vous continuez de sourire. Mais une étude menée par la Pennsylvania State University a montré que, s'il vous reste en tête, il y a un risque de voir augmenter les problèmes de santé.Des chercheurs affirment que si nous n'arrivons pas à nous ôter de l'esprit, de petits désagréments quotidiens peuvent affecter la santé. Ils ont étudié les résultats de l'étude Midlife in the United States, une vaste enquête qui a permis de suivre pendant plusieurs années une série d'adultes américains. Il en ressort que des émotions négatives suscitées par de petits désagréments mais qui perdurent plus que la normale peuvent, à long terme, avoir des effets négatifs sur la santé.Dans un premier temps, les participants ont répondu, huit jours durant, à un questionnaire sur les émotions négatives ressenties au cours des 24 dernières heures et sur les causes de ces émotions. Dix ans plus tard, on a interrogé ces mêmes personnes sur l'évolution de leur état de santé : étaient-elles atteintes d'une maladie chronique ou avaient-elles d'autres types de difficultés physiques ? Pouvaient-elles effectuer sans problèmes des gestes de tous les jours, comme s'habiller, monter les escaliers, porter un sac de courses ou faire une courte promenade ?Les participants ayant indiqué, dans les premiers questionnaires, qu'ils étaient plus stressés que la normale par des événements désagréables survenus la veille, semblaient avoir davantage de problèmes de santé. On a observé dans ce groupe plus de maladies chroniques, plus de limitations fonctionnelles et plus de difficultés dans l'accomplissement des activités quotidiennes.Ainsi, le stress provoqué par un événement désagréable mais aussi la quantité de problèmes rencontrés au quotidien influent directement sur la santé. D'autant plus si les situations à l'origine du stress s'incrustent dans l'esprit. La solution ? Lâcher prise. Plus facile à dire qu'à faire. Après un échec, certains passent rapidement à autre chose d'un haussement d'épaules - "Le monde ne va pas s'arrêter de tourner pour si peu" ou "Je m'en remettrai" - alors que d'autres n'y arrivent pas. Des techniques comme la pleine conscience et la méditation peuvent les aider à se libérer plus facilement de leurs émotions négatives.