Le staphylocoque doré est une cause majeure d'infection en milieu hospitalier. Ces infections persistent parfois longtemps et ce, malgré l'administration d'un antibiotique. Cette persistance peut être due à la capacité des bactéries à adopter des modes de vie particuliers, par exemple en se cachant à l'intérieur de nos propres cellules.

L'équipe de chercheurs du LDRI a démontré qu'une petite proportion de ces bactéries intracellulaires peuvent s'adapter et devenir dormantes lorsqu'elles sont exposées à des antibiotiques. Dormantes, mais pas inertes, bien au contraire: elles ne se multiplient plus, mais elles restent métaboliquement actives. En réalité, elles réorientent leur activité en la concentrant vers ce qui est essentiel à leur survie, la réponse au stress. Cette réponse les rend insensibles aux antibiotiques (ceux qui les visent directement, mais aussi à ceux auxquels elles n'ont jamais été exposées). Toujours à l'affût du danger environnant, les bactéries peuvent rapidement retrouver leur activité métabolique originale et leur capacité à se multiplier lorsque celui-ci disparaît, conduisant à une réactivation de l'infection.

Selon l'UCLouvain, les observations des scientifiques, qui mettent en lumière l'adaptabilité extrême des bactéries, permettent de "proposer des cibles pour des thérapies innovantes dirigées contre ces bactéries dormantes." La moins bonne nouvelle de l'étude est cependant qu'une bactérie stressée peut développer rapidement de la résistance ou finir par entrer en hibernation complète, la rendant dans un cas comme dans l'autre difficile à éradiquer.

Le staphylocoque doré est une cause majeure d'infection en milieu hospitalier. Ces infections persistent parfois longtemps et ce, malgré l'administration d'un antibiotique. Cette persistance peut être due à la capacité des bactéries à adopter des modes de vie particuliers, par exemple en se cachant à l'intérieur de nos propres cellules. L'équipe de chercheurs du LDRI a démontré qu'une petite proportion de ces bactéries intracellulaires peuvent s'adapter et devenir dormantes lorsqu'elles sont exposées à des antibiotiques. Dormantes, mais pas inertes, bien au contraire: elles ne se multiplient plus, mais elles restent métaboliquement actives. En réalité, elles réorientent leur activité en la concentrant vers ce qui est essentiel à leur survie, la réponse au stress. Cette réponse les rend insensibles aux antibiotiques (ceux qui les visent directement, mais aussi à ceux auxquels elles n'ont jamais été exposées). Toujours à l'affût du danger environnant, les bactéries peuvent rapidement retrouver leur activité métabolique originale et leur capacité à se multiplier lorsque celui-ci disparaît, conduisant à une réactivation de l'infection. Selon l'UCLouvain, les observations des scientifiques, qui mettent en lumière l'adaptabilité extrême des bactéries, permettent de "proposer des cibles pour des thérapies innovantes dirigées contre ces bactéries dormantes." La moins bonne nouvelle de l'étude est cependant qu'une bactérie stressée peut développer rapidement de la résistance ou finir par entrer en hibernation complète, la rendant dans un cas comme dans l'autre difficile à éradiquer.