Ne vous a-t-on jamais conseillé de toujours voir le verre à moitié plein, plutôt qu'à moitié vide ? D'autant que les bienfaits de l'optimisme sur la santé ne sont plus à prouver : d'après plusieurs recherches, les personnes optimistes présentent moins de risque de maladies cardiaques et de décès prématurés. Une nouvelle étude indique qu'elles pourraient même vivre plus longtemps. Elles auraient en tous cas plus de chance d'atteindre les 85 ans.

" De nombreuses données suggèrent qu'une longévité exceptionnelle s'accompagne généralement d'une plus longue période de bonne santé et d'une vie sans handicap. Nos conclusions soulèvent donc cette possibilité excitante de pouvoir promouvoir un vieillissement en bonne santé en favorisant des actifs psychosociaux tels que l'optimisme ", a déclaré Lewina Lee, auteure principale de l'étude.

Du moins au plus optimiste

Pour leur recherche, Lewina Lee et ses collègues ont analysé des données provenant de deux études antérieures réalisées auprès d'infirmières (âgées de 70 ans en moyenne) et d'hommes lambda (âgés de 62 ans en moyenne).

Dans un premier temps, 70 000 femmes ont été classées en quatre groupes, selon leur score d'optimisme. Les chercheurs ont ensuite comparé la longévité des plus optimistes et celle des moins optimistes, en prenant en compte des facteurs tels que l'âge, la nationalité, l'éducation et les problèmes de santé (la dépression par exemple). Conclusion ? Le groupe des plus optimistes avait une durée de vie 15 % plus longue que le groupe des moins optimistes. Des résultats similaires ont été observés chez les hommes (différence de 11%).

D'après les chercheurs, l'une des raisons de cette longévité pourrait être une hygiène de vie plus saine chez les optimistes. Ils ont en effet remarqué que les plus optimistes avaient tendance à faire plus d'exercice, à manger plus équilibré, à boire moins d'alcool et à moins fumer.

85 ans et même plus

" Lorsque la santé est prise en compte, les optimistes peuvent vivre jusque 85 ans, et même plus", rapporte l'étude. Les femmes optimistes ont 20 % plus de chance d'atteindre ce palier que les personnes plus négatives.

Ce lien entre longévité et optimisme n'est pourtant pas clair, estime Lewina Lee. "Dans notre étude, des comportements plus sains, moins de symptômes dépressifs et davantage de liens sociaux n'expliquaient que partiellement le lien entre optimisme et longévité exceptionnelle ", a-t-elle déclaré. Il pourrait, selon elle, y avoir d'autres mécanismes en jeu, tels qu'une plus grande résistance à des situations de stress.

Si ce lien reste encore un peu flou, l'étude met en évidence l'importance du bien-être tant psychologique que physique, pour vivre une longue vie en bonne santé.