La thérapie bactériophage, encourageante pour lutter contre les infections

27/02/19 à 13:00 - Mise à jour à 12:10

Source: Belga

"Les premiers résultats enregistrés l'année dernière par l'hôpital universitaire de Louvain (UZ Leuven) pour traiter les patients souffrant d'infections osseuses graves avec un traitement bactériophage sont encourageants", annonce mardi le Pr Willem-Jan Metsemakers.

La thérapie bactériophage, encourageante pour lutter contre les infections

© Getty Images/iStockphoto

De plus en plus d'infections causées par des bactéries s'avèrent insensibles aux antibiotiques. Le traitement par bactériophage est l'une des solutions de remplacement envisagée pour lutter contre les infections. On utilise des virus inoffensifs pour l'homme, mais capables de détruire des bactéries nuisibles. Ces phages font notamment partie de la flore intestinale naturelle. Chaque type de bactériophage possède son propre arsenal pour attaquer et détruire une bactérie, ce qui en fait un traitement très efficace pour lutter contre les infections graves.

Cependant, cette thérapie nécessite une approche personnalisée. Chaque patient doit recevoir un bactériophage individuel adapté à son infection. "Appliquer le bon cocktail est un processus lourd qui limite le nombre de patients que nous pouvons aider pour le moment. Grâce à un cadre réglementaire belge adapté, nous pourrons mieux composer les cocktails ad hoc et aider davantage de patients", a affirmé Willem-Jan Metsemakers.

Ce type de thérapie existe déjà depuis le début du 20e siècle, mais avait été mis de côté après la découverte et l'émergence rapide des antibiotiques. Jusqu'à récemment, cette thérapie n'était utilisée quasi exclusivement que pour les grands brûlés admis à l'hôpital militaire Reine Astrid à Neder-Over-Heembeek. L'objectif est que le traitement par bactériophages devienne également une solution pour les patients atteints d'infections pulmonaires, de mucoviscidose, d'infections gastro-intestinales ou d'autres infections graves.

L'UZ Leuven et la KU Leuven ont récemment reçu 810.000 euros pour poursuivre leurs recherches dans le cadre d'un partenariat européen.