Super-protéine, super-antioxydant.... c'est un super-aliment!

Très prisée des Aztèques et désormais des grands chefs qui l'intègrent dans leurs recettes, la spiruline n'est réellement étudiée par les scientifiques que depuis les années 1960. Et elle ne cesse de révéler ses vertus nutritionnelles:

  • parfaitement équilibrée: au 100g, elle contient 50 à 70% de protéines pour 20% de glucides, 5% de lipides et 3 à 6% d'eau.
  • 3 fois plus riche en protéine que la viande, le poisson, ou le blanc d'oeuf et 2 fois plus que le soja... tout en apportant la plupart des acides aminés essentiels.
  • très riche en antioxydants puissants notamment en phycocyanine, protéine exclusive de la spiruline aux effets également anti-inflammatoires, mais aussi en chlorophylle, vitamine E, bêta-carotène. Tous luttent contre les radicaux libres.
  • mais aussi.... riche en fer facilement absorbable par l'organisme (5 fois plus que des épinards crus ou des lentilles cuites), en vitamine B12, calcium, magnésium et zinc.

Une véritable alliée pour la santé et la jeunesse

Les effets de la spiruline ont été étudiés dans plusieurs situations. Mais les études n'ayant pas toutes été officiellement validées et chaque cas étant particulier, la prise de spiruline doit toujours se faire sur avis médical.

Zoom sur les effets les plus significatifs:

  • Déséquilibre alimentaire: la richesse en protéines et en fer de la spiruline permettrait à la fois de subvenir aux besoins des végétaliens et d'éviter fonte musculaire, fragilité osseuse et aggravation des maladies chroniques chez les personnes âgées mangeant peu.
  • Surpoids et diabète: la spiruline aiderait à réduire l'appétit et normaliser l'IMC tout en améliorant les facteurs de risques cardiovasculaires et de diabète des personnes en surpoids. Chez les diabétiques, le taux d'hémoglobine glyquée montrerait une baisse significative.
  • Maladies cardiovasculaires: la consommation de spiruline serait associée à une baisse importante des triglycérides, du "mauvais" cholestérol (LDL) et une hausse du "bon" (HDL) ainsi qu'une baisse de la tension artérielle.
  • Performances sportives: le sport est bon pour la santé mais accroît la production de radicaux libres que la prise de spiruline permettrait de juguler, limitant ainsi fatigue, microlésions, notamment en cas de pratique intensive.
  • Immunité et vieillissement: la richesse en antioxydants de la spiruline aurait un effet booster sur le système immunitaire (pour mieux contrer les infections, les cellules tumorales...) et le ralentissement global du vieillissement des cellules de l'organisme (peau, poumons, yeux...).

Comment bien la choisir et la consommer

La spiruline existe sous différentes formes. Ce que vous devez retenir pour bien acheter et consommer ce produit 100% naturel, de préférence certifié "AB" ou "Eurofeuille":

  • Qualités organoleptiques: le goût doit être légèrement amer ou neutre, pas trop salé et ne pas couvrir celui des autres aliments. L'odeur doit être légèrement iodée, ni âcre ni sentant fortement le poisson. Bleu-vert en version fraîche, la spiruline se teinte de vert forêt mat une fois séchée.
  • Étiquettes: le détail des éléments composant la spiruline (phytococyanine etc) est un gage de qualité supérieur à la simple mention "poudre de spiruline".
  • En compléments alimentaires: conseillée en cure de 3 semaines à raison de 3 à 10 g/j. Attention aux doses trop élevées au départ pouvant induire troubles intestinaux et maux de tête. Toujours augmenter par palier. Et vérifier que le comprimé soit mat, pas brillant.
  • En poudre ou paillettes: On conseille en général 3g/j (1 c à café) à mélanger dans un yaourt, une compote, un jus de fruit ou à saupoudrer sur une salade ou un plat chaud.
  • Fraîche: elle n'a subi aucun traitement thermique et ne se conserve donc pas plus de 2-3 jours à 4°C ou 10 jours sous vide. Sa couleur est vert émeraude. On la trouve dans les magasins bio ou sur les marchés.

Précautions

Un avis médical impératif en cas de traitement anticoagulant, immunosuppresseurs et corticoïdes; d'hémochromatose, de maladie auto-immune ou d'acide urique.

Merci à Brigitte Karleskind, auteur de "Le guide complet de la spiruline", Thierry Souccar éditions.

Auteur : Magali Quent (NT-F.com)