Le pneumocoque est une bactérie à l'origine, notamment, de pneumonies, septicémies et méningites. Environ 70% des infections à cet agent surviennent chez des personnes de plus de 50 ans et celles-ci présentent un haut taux de mortalité: 12% chez les plus de 65 ans et 24% chez les plus de 85 ans.

En raison de la pandémie de coronavirus, le CSS souhaite une fois de plus attirer l'attention sur l'importance du vaccin contre cette bactérie. En effet, les patients atteints du Covid-19 deviennent beaucoup plus sensibles aux infections à pneumocoques, selon le Conseil.

Selon l'instance sanitaire, à peine 10% du groupe cible est vacciné contre les infections à pneumocoque, alors qu'une couverture plus élevée chez les plus de 65 ans pourrait contribuer à décongestionner les hôpitaux, ce qui représente un enjeu non sans importance puisqu'il existe toujours un risque de deuxième vague du coronavirus, qui pourrait de nouveau saturer les services hospitaliers.

Le principal obstacle à une plus grande couverture vaccinale réside dans son coût: les meilleurs traitements, selon le CSS, sont deux vaccins pour les plus de 65 ans, mais coûtent plus de 100 euros et ne sont pas remboursés par la sécurité sociale.

C'est pourquoi le CSS propose un scénario alternatif dans lequel seul le vaccin le moins cher serait administré. "Ce serait un bon vaccin, qui serait certes légèrement moins efficace, mais qui couvrirait une plus grande partie de la population", explique l'organisation de santé.

Pour les patients atteints de cancer ou de diabète et d'autres groupes à risque, le CSS recommande cependant l'administration des deux vaccins à partir de 50 ans.

Reste à voir si le gouvernement est prêt à procéder à une vaccination généralisée des groupes cibles. "Cela nécessitera une analyse de la balance coûts-bénéfices [...] Nous attirons l'attention sur ce problème depuis de nombreuses années", conclut le Conseil supérieur de la santé.

Le pneumocoque est une bactérie à l'origine, notamment, de pneumonies, septicémies et méningites. Environ 70% des infections à cet agent surviennent chez des personnes de plus de 50 ans et celles-ci présentent un haut taux de mortalité: 12% chez les plus de 65 ans et 24% chez les plus de 85 ans. En raison de la pandémie de coronavirus, le CSS souhaite une fois de plus attirer l'attention sur l'importance du vaccin contre cette bactérie. En effet, les patients atteints du Covid-19 deviennent beaucoup plus sensibles aux infections à pneumocoques, selon le Conseil. Selon l'instance sanitaire, à peine 10% du groupe cible est vacciné contre les infections à pneumocoque, alors qu'une couverture plus élevée chez les plus de 65 ans pourrait contribuer à décongestionner les hôpitaux, ce qui représente un enjeu non sans importance puisqu'il existe toujours un risque de deuxième vague du coronavirus, qui pourrait de nouveau saturer les services hospitaliers. Le principal obstacle à une plus grande couverture vaccinale réside dans son coût: les meilleurs traitements, selon le CSS, sont deux vaccins pour les plus de 65 ans, mais coûtent plus de 100 euros et ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. C'est pourquoi le CSS propose un scénario alternatif dans lequel seul le vaccin le moins cher serait administré. "Ce serait un bon vaccin, qui serait certes légèrement moins efficace, mais qui couvrirait une plus grande partie de la population", explique l'organisation de santé. Pour les patients atteints de cancer ou de diabète et d'autres groupes à risque, le CSS recommande cependant l'administration des deux vaccins à partir de 50 ans.Reste à voir si le gouvernement est prêt à procéder à une vaccination généralisée des groupes cibles. "Cela nécessitera une analyse de la balance coûts-bénéfices [...] Nous attirons l'attention sur ce problème depuis de nombreuses années", conclut le Conseil supérieur de la santé.