Les 17.000 personnes qui ont téléchargé l'outil depuis son prélancement le 11 septembre lui accordent une note de 4 sur 5, précise Karine Moykens. Elle assure que la convivialité et la clarté des messages ont été contrôlées, ainsi que l'accessibilité pour les personnes malvoyantes. En outre, 90 utilisateurs ont testé l'application de manière intensive.

L'outil permet d'informer les contacts "dont vous ne vous souvenez pas ou que vous ne connaissez pas", explique Karine Moykens. Des personnes rencontrées dans les transports ou lors d'un événement culturel ou sportif par exemple. "Vous pouvez les protéger à condition qu'ils utilisent l'application."

Sur le plan de la vie privée, "l'application ne sait pas qui vous êtes et ne connait pas l'identité des personnes avec lesquelles vous êtes en contact", expose Mme Moyens. "Elle n'échange que des codes aléatoires, uniquement avec d'autres personnes qui l'utilisent et ont été proches de vous. Ces codes sont stockés localement sur votre smartphone et sont automatiquement supprimés après 14 jours. Aucune autre donnée n'est échangée."

Si une personne est testée positive et que ce résultat apparaît dans l'application, c'est elle qui décide d'informer ses contacts, de manière anonyme. Ils ne sauront pas qui les a informés ni où la possible contamination a eu lieu. Seule la date de l'infection éventuelle est transmise, afin que les contacts puissent déterminer l'étendue de leur quarantaine, d'une durée de 7 jours à partir du contact à risque.

L'application fonctionne avec un écran vert ou rouge. "Si vous n'avez pas été en contact avec une personne infectée, votre statut de risque reste faible et l'écran restera vert", explique Karine Moykens. Si l'application repère un contact avec une personne contaminée, l'utilisateur verra l'écran devenir rouge et recevra des instructions supplémentaires via l'application. S'il présente des symptômes, l'outil lui conseillera de consulter son médecin. Dans le cas contraire, il lui sera recommandé de joindre le centre de suivi des contacts, qui lui transmettra un code pour se faire tester.

En plus d'installer l'application, les utilisateurs doivent activer le bluetooth de leur téléphone pour que le système fonctionne.

Les 17.000 personnes qui ont téléchargé l'outil depuis son prélancement le 11 septembre lui accordent une note de 4 sur 5, précise Karine Moykens. Elle assure que la convivialité et la clarté des messages ont été contrôlées, ainsi que l'accessibilité pour les personnes malvoyantes. En outre, 90 utilisateurs ont testé l'application de manière intensive.L'outil permet d'informer les contacts "dont vous ne vous souvenez pas ou que vous ne connaissez pas", explique Karine Moykens. Des personnes rencontrées dans les transports ou lors d'un événement culturel ou sportif par exemple. "Vous pouvez les protéger à condition qu'ils utilisent l'application."Sur le plan de la vie privée, "l'application ne sait pas qui vous êtes et ne connait pas l'identité des personnes avec lesquelles vous êtes en contact", expose Mme Moyens. "Elle n'échange que des codes aléatoires, uniquement avec d'autres personnes qui l'utilisent et ont été proches de vous. Ces codes sont stockés localement sur votre smartphone et sont automatiquement supprimés après 14 jours. Aucune autre donnée n'est échangée."Si une personne est testée positive et que ce résultat apparaît dans l'application, c'est elle qui décide d'informer ses contacts, de manière anonyme. Ils ne sauront pas qui les a informés ni où la possible contamination a eu lieu. Seule la date de l'infection éventuelle est transmise, afin que les contacts puissent déterminer l'étendue de leur quarantaine, d'une durée de 7 jours à partir du contact à risque.L'application fonctionne avec un écran vert ou rouge. "Si vous n'avez pas été en contact avec une personne infectée, votre statut de risque reste faible et l'écran restera vert", explique Karine Moykens. Si l'application repère un contact avec une personne contaminée, l'utilisateur verra l'écran devenir rouge et recevra des instructions supplémentaires via l'application. S'il présente des symptômes, l'outil lui conseillera de consulter son médecin. Dans le cas contraire, il lui sera recommandé de joindre le centre de suivi des contacts, qui lui transmettra un code pour se faire tester.En plus d'installer l'application, les utilisateurs doivent activer le bluetooth de leur téléphone pour que le système fonctionne.