La cheffe du département de psychologie de l'hôpital UZ Leuven, Hadi Waelkens, a remarqué que les patients se demandent plus souvent s'ils veulent leur traitement. "Il est frappant de constater que les patients gravement malades veulent arrêter leur traitement plus tôt afin de rentrer chez eux en soins palliatifs. Mais les personnes qui sont au début de leur processus de traitement abandonnent aussi plus rapidement: elles n'envisagent pas une opération lourde et une longue thérapie en ce moment."

En raison des horaires de visite restreints, les patients atteints de cancer se sentent également plus seuls. Les soignants constatent par conséquent une augmentation des sentiments d'anxiété et de dépression, et même de claustrophobie. "Les murs semblent se refermer sur eux", rapporte Mme Waelkens.

Les conséquences médicales de ces mesures ne peuvent pas non plus être sous-estimées. "De nombreux patients et leurs familles sont très anxieux à l'idée de se rendre à l'hôpital", souligne le professeur Delforge. "Si une personne qui se plaint attend longtemps avant de demander une aide médicale, cela peut avoir des conséquences importantes, notamment dans le cas d'un diagnostic de cancer. En outre, certains patients choisissent intentionnellement de se rendre moins souvent à l'hôpital, ce qui les rend moins susceptibles d'être suivis."

Les conséquences exactes du coronavirus sur le nombre de diagnostics de cancer et les répercussions des retards de diagnostic sont actuellement à l'étude.

La cheffe du département de psychologie de l'hôpital UZ Leuven, Hadi Waelkens, a remarqué que les patients se demandent plus souvent s'ils veulent leur traitement. "Il est frappant de constater que les patients gravement malades veulent arrêter leur traitement plus tôt afin de rentrer chez eux en soins palliatifs. Mais les personnes qui sont au début de leur processus de traitement abandonnent aussi plus rapidement: elles n'envisagent pas une opération lourde et une longue thérapie en ce moment." En raison des horaires de visite restreints, les patients atteints de cancer se sentent également plus seuls. Les soignants constatent par conséquent une augmentation des sentiments d'anxiété et de dépression, et même de claustrophobie. "Les murs semblent se refermer sur eux", rapporte Mme Waelkens. Les conséquences médicales de ces mesures ne peuvent pas non plus être sous-estimées. "De nombreux patients et leurs familles sont très anxieux à l'idée de se rendre à l'hôpital", souligne le professeur Delforge. "Si une personne qui se plaint attend longtemps avant de demander une aide médicale, cela peut avoir des conséquences importantes, notamment dans le cas d'un diagnostic de cancer. En outre, certains patients choisissent intentionnellement de se rendre moins souvent à l'hôpital, ce qui les rend moins susceptibles d'être suivis." Les conséquences exactes du coronavirus sur le nombre de diagnostics de cancer et les répercussions des retards de diagnostic sont actuellement à l'étude.