Journée mondiale du diabète : Pouvons-nous empêcher les complications ?

14/11/18 à 11:30 - Mise à jour à 10:57

Source: Plusmagazine

Le diabète touche quelque 600 000 personnes dans notre pays et ce nombre augmente chaque année. Les plus grands maux pour les diabétiques restent les complications telles que les blessures aux pieds, les maladies oculaires, cardiovasculaires et rénales qui se développent souvent rapidement. De nouvelles études confirment toutefois qu'une surveillance continue de la glycémie peut réduire considérablement les risques.

Journée mondiale du diabète : Pouvons-nous empêcher les complications ?

© Getty Images/iStockphoto

Le diabète de type 2 reste souvent longtemps inaperçu et donc non traité, ce qui augmente précisément le risque de complications graves de toutes sortes. Chez environ la moitié de tous les patients diabétiques, ces problèmes médicaux se développent avant même que les premiers symptômes du diabète soient perceptibles. L'augmentation de la glycémie cause des dommages non détectés aux vaisseaux sanguins, ce qui augmente avec le temps les risques de crise cardiaque, d'insuffisance rénale et de maladies vasculaires.

L'hyperglycémie entrave également les vaisseaux sanguins qui fournissent du sang aux nerfs. Il en résulte des douleurs nerveuses et des troubles nerveux fréquents. À cause de cela, les signaux douloureux sont moins captés et des blessures au pied ne sont découvertes qu'à un stade avancé de la maladie. Le risque d'amputation n'en est alors que plus important. Le diabète est également la principale cause de cécité dans le monde en raison de la rétinopathie, une maladie oculaire.

Le suivi est payant

Empêcher définitivement les complications n'est pas possible, mais vous pouvez essayer de limiter les dommages autant que possible en vous faisant suivre régulièrement. "Grâce à une surveillance médicale régulière de la tension artérielle, des lipides sanguins tels que le cholestérol et du taux de sucre avec un taux d'hémoglobine glyquée d'environ 7%, il est possible de réduire de moitié le risque de maladies cardiovasculaires", souligne le Dr Frank Nobels. Il réduit également considérablement les risques d'insuffisance rénale, d'amputations et de crises cardiaques.

Les avantages d'un tel suivi ont également un effet à long terme. Même 15 à 20 ans plus tard, ces personnes ont moins de complications que celles qui ne peuvent être contrôlées régulièrement. "Si vous surveillez de près la maladie, le taux de mortalité des diabétiques est identique à celui de la population générale", dit le Dr Christophe De Block de la Ligue du diabète.

Maladies oculaires

La rétinopathie ne donne pas non plus de symptômes au début. Avec cette maladie, les vaisseaux sanguins de la rétine de l'oeil sont endommagés par l'augmentation de la glycémie. Sans détection et traitement en temps opportun, cela peut mener à une cécité complète. Une glycémie mal contrôlée a toujours été associée à un risque accru de cette maladie oculaire. De nouvelles recherches suggèrent maintenant que les fluctuations du taux de glycémie tout au long de la journée jouent un rôle important. Moins le taux de glycémie varie au cours d'une journée et d'une nuit, plus le risque de rétinopathie est faible.

Ce lien a été découvert lors d'une étude chinoise dans laquelle plus de 3 000 personnes de plus de 60 ans atteintes de diabète ont été suivies. Même les personnes qui présentaient une glycémie moyenne, relativement saine sur une plus longue période, mais qui souffraient de fortes fluctuations au cours d'une journée, avaient ce problème. Cela souligne l'importance d'une surveillance et d'une mesure continues du glucose. "Plus un diabétique peut s'approcher d'un taux sain de glucose dans le sang et le maintenir relativement stable, plus les risques de rétinopathie sont faibles. Si la maladie oculaire est déjà présente, une glycémie stable demeure importante pour empêcher toute progression de la maladie", dit le Dr Roy Beck du Center for Health Research (Floride) de Reuters Health.

Nos partenaires