Première précaution d'usage: allumer le feu d'artifice à bonne distance des spectateurs et de matériaux inflammables, comme un tas de bois sec par exemple. Il est également conseillé de placer la fusée dans un tube vertical de la même longueur que son support et de fixer le conduit au sol. En effet, les mains (22%) et les doigts (18%) sont particulièrement vulnérables en cas d'accident, selon la Fondation des brûlés.

Chaque fusée doit être allumée séparément à l'aide d'un objet fumant (une mèche, un mégot...) plutôt que d'une flamme. Oubliez donc les allumettes et les briquets. Par ailleurs, une fusée qui n'a pas explosé ne doit pas être rallumée, prévient l'organisation, qui recommande de verser un seau d'eau froide sur le pétard et de le laisser refroidir pendant une nuit, loin des enfants.

Il est en outre conseillé aux artificiers de protéger leurs oreilles. Certains feux produisent en effet 160 décibels, voire plus, alors que le seuil de douleur est établi à 140 décibels. À titre de comparaison, la musique est limitée à 110 décibels en discothèque. Un avion à réaction atteint pour sa part 125 décibels au décollage, à une distance de 100 mètres.

Enfin, les yeux (27%) et la tête (24%) sont les parties du corps les plus exposées. En cas de brûlure, prendre contact avec les secours et rincer abondamment la blessure à l'eau tiède reste la meilleure solution, rappelle la fondation.

Cette dernière souligne en outre que les animaux de compagnie ne sont pas particulièrement friands de ces explosions de joie. Les habituer au bruit ou leur prévoir un abri plusieurs semaines à l'avance peut permettre d'éviter des accidents.