Le nouveau centre de dépistage se trouve à la sortie du hall des départs. L'infrastructure a été montée et est exploitée par l'entreprise spécialisée en logistique et gestion de crise Ecolog. Les passagers paient ainsi leur test à Ecolog. Cependant, pour les Belges revenant d'une zone rouge et munis d'un code d'activation, ce dépistage est gratuit grâce à un remboursement immédiat par l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami). Selon M. De Backer, 80% des voyageurs de retour d'une zone rouge se font actuellement dépister. "Nous espérons à présent convaincre les derniers 20% de se faire tester à l'aéroport en rendant le système accessible à tous", a-t-il commenté.

Les personnes contactées dans le cadre de la politique de traçage mais qui ne sont pas passagers de Brussels Airport peuvent également se faire tester à l'aéroport sur présentation de leur code d'activation. Elles peuvent en faire la demande en ligne ou directement sur place.

Les voyageurs en partance (qui doivent, par exemple, présenter un test négatif pour se rendre vers certaines destinations, comme la Grèce) pourront également se faire tester, à leur compte, dès la fin du mois de septembre.

À ce moment-là, le laboratoire mobile pourra en effet effectuer les analyses sur place et déterminer en quelques heures si le test PCR (qui détecte les nouvelles infections à l'aide d'un frottis dans le nez) est positif ou négatif, contre une journée pour le moment.

Les voyageurs au départ de l'aéroport auront alors le choix entre un test rapide, dont le résultat sera disponible dans les trois heures, à 135 euros et un test standard à 67 euros pour un résultat dans les neuf heures. Dans les deux cas, il s'agit d'un frottis, seule la durée d'attente des résultats varie.

Le nouveau centre de dépistage se trouve à la sortie du hall des départs. L'infrastructure a été montée et est exploitée par l'entreprise spécialisée en logistique et gestion de crise Ecolog. Les passagers paient ainsi leur test à Ecolog. Cependant, pour les Belges revenant d'une zone rouge et munis d'un code d'activation, ce dépistage est gratuit grâce à un remboursement immédiat par l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami). Selon M. De Backer, 80% des voyageurs de retour d'une zone rouge se font actuellement dépister. "Nous espérons à présent convaincre les derniers 20% de se faire tester à l'aéroport en rendant le système accessible à tous", a-t-il commenté. Les personnes contactées dans le cadre de la politique de traçage mais qui ne sont pas passagers de Brussels Airport peuvent également se faire tester à l'aéroport sur présentation de leur code d'activation. Elles peuvent en faire la demande en ligne ou directement sur place. Les voyageurs en partance (qui doivent, par exemple, présenter un test négatif pour se rendre vers certaines destinations, comme la Grèce) pourront également se faire tester, à leur compte, dès la fin du mois de septembre. À ce moment-là, le laboratoire mobile pourra en effet effectuer les analyses sur place et déterminer en quelques heures si le test PCR (qui détecte les nouvelles infections à l'aide d'un frottis dans le nez) est positif ou négatif, contre une journée pour le moment. Les voyageurs au départ de l'aéroport auront alors le choix entre un test rapide, dont le résultat sera disponible dans les trois heures, à 135 euros et un test standard à 67 euros pour un résultat dans les neuf heures. Dans les deux cas, il s'agit d'un frottis, seule la durée d'attente des résultats varie.