L'ostéodensitométrie est un examen qui détermine la densité minérale de nos os. Reflet de la fragilité des os, la densité osseuse signale la présence d'une éventuelle ostéoporose et permet d'évaluer le risque de fractures qui l'accompagne. L'âge est un facteur de risque important. Le risque est également plus élevé chez les femmes ménopausées que chez les hommes parce que l'organisme arrête de produire des oestrogènes.

Faut-il se préparer ?

Il n'est pas nécessaire d'être à jeun, l'examen n'a pas recours à un produit de contraste et ne requiert aucune préparation spécifique. En principe, le patient ne doit même pas se déshabiller. Ceux qui ont subi une opération au niveau de la colonne vertébrale ou des articulations (prothèse de la hanche, par ex.) doivent le signaler au médecin.

Des contre-indications ?

La grossesse.

Certaines substances utilisées pour d'autres analyses telles que le baryum pour l'examen du système digestif ou les produits à base d'iode pour une scintigraphie peuvent fausser les résultats. Il faut donc prévoir un délai suffisant entre ces examens et la mesure de la densité osseuse.

Comment ça se passe ?

L'ostéodensitométrie consiste en un examen par rayons X absolument indolore. Elle est généralement réalisée au niveau de la hanche, du poignet ou de la colonne lombaire. Le patient est allongé sur une table et la partie mobile de l'appareil se déplace lentement au-dessus de lui. L'examen dure de 10 à 20 minutes.

Les résultats...

L'appareil est relié à un ordinateur qui calcule certains scores. Le score Z compare les valeurs du patient aux valeurs moyennes pour une personne du même âge et du même sexe. Le score T, lui, rapporte les valeurs mesurées à la moyenne pour un patient du même sexe, mais âgé de 30 ans. Les résultats de ces scores permettent de conclure à une perte osseuse normale, légère (ostéopénie) ou marquée, cette dernière signant une ostéoporose qui nécessite un traitement.