Si un grand nombre de personnes ne savent pas qu'ils sont atteints de BPCO, c'est dû à un manque de connaissances sur cette maladie pulmonaire. Dans notre pays, cependant, la maladie est la cinquième cause de décès et nous avons également des traitements pouvant influencer positivement la maladie.

Fumer et air pollué

Selon une enquête récente, plus d'un Belge sur trois n'a jamais entendu parler de la BPCO. Fait remarquable : la maladie reste encore souvent méconnue, en particulier chez les fumeurs. Cependant, chez 9 patients atteints de BPCO sur 10, le tabagisme est la cause de la maladie. Les non-fumeurs peuvent, bien sûr, aussi être touchés. De plus en plus d'études établissent un lien entre la BPCO et la pollution atmosphérique croissante, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Une maladie héréditaire peut également jouer un rôle mineur. Les personnes ayant reçu un diagnostic de BPCO font maintenant le lien avec la pollution de l'air et vérifient plus souvent la qualité de l'air avant d'aller à l'extérieur.

Reconnaître les signaux

Il est crucial de pouvoir reconnaître les signaux de la BPCO, mais beaucoup sont incapables de le faire, selon l'association des patients COPD vzw. En collaboration avec la Belgian Respiratory Society, l'association des prestataires de soins et des médecins travaillant dans le domaine des maladies pulmonaires veut sensibiliser les Belges à ces signaux. Les symptômes les plus connus sont la sensation d'oppression thoracique, la respiration sifflante, l'essoufflement, la toux, la fatigue, une faible force musculaire et des variations de poids. Habituellement, les symptômes évoluent graduellement.

Comme l'asthme, cette maladie est causée par un rétrécissement des voies respiratoires. Ce processus se déroule par étapes. Au début, les gens souffrent principalement de toux chronique et d'amaigrissement, mais n'ont pas encore le sentiment qu'ils ont vraiment besoin de haleter pour respirer. Ces patients ne vont généralement pas chez le médecin avant la deuxième phase, lorsque l'essoufflement est ajouté aux symptômes. Les problèmes respiratoires s'aggravent de plus en plus et sans traitement, le corps entier finit par souffrir d'un manque chronique d'oxygène. Même les petites activités quotidiennes comme s'habiller deviennent alors une tâche très épuisante.

Guérison ?

La BPCO ne peut pas être guérie complètement, mais il existe des traitements qui peuvent limiter les symptômes. Par exemple, on utilise des inhalateurs et de l'oxygénothérapie, et la rééducation respiratoire à l'aide de techniques respiratoires appropriées est également efficace. Plus le traitement est amorcé tôt, plus les dommages aux poumons peuvent être limités. Cette maladie exige une approche multidisciplinaire : un style de vie malsain doit être changé et l'autogestion doit être enseignée. En plus d'arrêter le tabagisme, cela signifie aussi d'adopter une alimentation saine, de reprendre un poids santé, de faire suffisamment d'exercice et d'apprendre à gérer ses émotions. Après tout, la BPCO contribue aussi à des problèmes émotionnels comme l'isolement social, l'anxiété et la dépression.