Si 39% de travailleurs estiment que la crise due au coronavirus a un impact négatif sur leur santé mentale, une personne sur trois constate, à l'inverse, un effet positif. C'est ce qu'il ressort d'une étude effectuée par l'Antwerp Management School (AMS), l'Université de Gand et B-Tonic.

Près de 56 % des travailleurs belges déclarent que leur travail est devenu plus pénible depuis la pandémie, selon une étude réalisée auprès de plus d'un millier de Belges à la demande de B-Tonic, filiale de l'assureur Baloise Insurance. Plus alarmant encore, quatre travailleurs sur dix affirment qu'ils font bonne figure pour cacher leur stress et leur anxiété au travail.

Frissons, chair de poule, bout des doigts congelé... À l'arrivée de l'hiver, il est normal de souffrir de la baisse des températures. Mais pour certaines personnes, cette sensation de froid peut devenir chronique. C'est souvent le signe d'un problème de santé sous-jacent...

Les soins d'un kinésithérapeute sont essentiels dans la rééducation post-covid, affirment des chercheurs du Rehabilitation Research Group de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) et de l'UZ Brussel, sur la base de leur enquête sur le sujet. La kinésithérapie a un effet positif sur les fonctions pulmonaires mais aussi sur le bien-être mental des patients.

Les vertiges peuvent avoir des causes très variées, ce qui explique qu'on mette parfois longtemps avant de pouvoir les traiter. Une nouvelle approche, où le mouvement joue un rôle-clé, change la donne...

En zone urbaine, les arbres, les parcs, les canaux, les étangs,... peuvent contribuer à améliorer la qualité de l'air et incitent également la population à sortir plus souvent, pointe le Conseil supérieur de la santé (CSS). Toutefois il existe certains risques liés à la présence d'animaux (zoonoses) ou de plantes (allergènes). Le CSS émet une série de recommandations afin de planifier la nature en ville "de manière réfléchie" et trouver "l'équilibre le plus optimal.

Plus d'un Belge sur trois (35%) éprouve des difficultés à obtenir, comprendre et utiliser les informations liées à sa santé. C'est ce qui ressort lundi d'une enquête menée dans 17 pays européens et coordonnée en Belgique par l'UCLouvain. Ils sont également 10% à considérer que leurs compétences en matière de santé sont insuffisantes.

Le SPF Santé publique lance une campagne pour nous inviter à oser parler de nos aspirations par rapport à nos vieux jours, avant qu'il ne soit trop tard et que nos proches soient obligés de décider pour nous.

S'endormir comme une masse et se réveiller après quelques heures... sans pouvoir se rendormir. Près de 25% des Belges connaissent des problèmes de sommeil interrompu, plus ou moins handicapants.

Après un mois de septembre plutôt sec et ensoleillé, la pluie et le vent font leur grand retour en ce début d'automne. Beaucoup ressentent dès lors le besoin de faire grimper la température dans la maison. Or, les prix de l'énergie sont en hausse en Belgique, et cela pourrait impacter sérieusement le portefeuille... Alors, comment se réchauffer sans allumer le radiateur? Nos astuces.

À l'occasion de la journée mondiale des soins palliatifs, ce samedi 9 octobre, les trois Fédérations belges de soins palliatifs unissent à nouveau leurs efforts et relancent leur campagne nationale d'information et de sensibilisation pour changer notre regard sur ces soins.

Les travailleurs qui bénéficient d'un niveau élevé de formules de travail hybrides, où ils peuvent déterminer de manière flexible le temps et le lieu de leur travail, sont moins exposés au risque d'épuisement professionnel et éprouvent davantage de satisfaction au travail. C'est ce qu'affirme Idewe, un service externe de prévention et de protection au travail.

Il n'est pas nécessaire d'écrire un roman pour mesurer l'importance de l'écriture. Jeter quelques pensées sur papier fait déjà un bien fou.

Une vie saine est très importante et peut contribuer à prévenir les maladies. Avoir un bon mode de vie est donc plus que jamais d'actualité. Tous les médecins, diététiciens et conseillers vous diront que cela vaut la peine de faire des efforts. Mais peut-on vivre trop sainement? Si oui, comment en reconnaître les signes?

Nous y pensons rarement, mais la façon dont nous respirons est fortement influencée par nos émotions et nos expériences de vie. Le schéma de la tristesse est différent de celui du stress, de la colère ou de la peur, par exemple. "À l'inverse, un certain type de respiration peut également susciter ces émotions", explique Jessica Braun, auteur.