La polyarthrite rhumatoïde, l'une des formes les plus courantes de rhumatisme, touche environ une personne sur 100. Il s'agit d'une maladie auto-immune chronique, caractérisée par une inflammation des articulations et des tendons. La plupart des patients doivent, pour y faire face, prendre des médicaments à vie.

"Nous savions qu'un traitement rapide au stade précoce de la polyarthrite rhumatoïde permet de rapidement contrôler la maladie", indique le rhumatologue à la tête de l'étude, Patrick Verschueren (UZ Leuven). "C'est pourquoi nous avons développé il y a des années, avec des collègues néerlandais, la thérapie combinée nommée Cobra. L'étude a été axée sur l'allègement de la thérapie combinée et l'importance de la cortisone dans le traitement de base".

Comparer un traitement lourd et plus léger

Les patients ont été divisés en fonction de la gravité de leur maladie avant d'être répartis de manière aléatoire dans des groupes bénéficiant de traitements différents. Les chercheurs ont comparé le traitement Cobra classique, composé de plusieurs médicaments et d'une forte dose de cortisone, avec une version allégée constituée uniquement de méthotrexate et d'une dose de cortisone moindre (traitement baptisé "Cobra Slim"). Chez les patients à faible risque, le traitement Cobra Slim a été comparé à l'approche traditionnelle du traitement sans cortisone.

Les résultats de l'étude montrent que, chez les patients à haut risque, le traitement Cobra Slim est tout aussi efficace que les traitements plus lourds et accompagnés de plus d'effets secondaires. Chez les personnes à faible risque, le nouveau traitement est plus efficace et produit des résultats plus rapides que l'approche sans cortisone.

Vers un traitement léger?

Selon les chercheurs, le Cobra Slim se révèle être un traitement initial approprié pour les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde débutante. Malgré les effets indésirables pouvant être provoqués par la cortisone, elle est anti-inflammatoire, calme rapidement la douleur et agit contre la maladie, ce que les traitements antirhumatismaux classiques peinent de plus en plus à faire.

"En attendant que les médicaments antirhumatismaux comme le méthotrexate fassent leur effet, la cortisone permet de limiter à la fois les détériorations des articulations et les conséquences psychosociales de la maladie", soutient le docteur Verschueren. "Son utilisation stratégique dans un cadre temporel strictement défini permet de limiter les effets secondaires et, à long terme, de réduire sa quantité".

La polyarthrite rhumatoïde, l'une des formes les plus courantes de rhumatisme, touche environ une personne sur 100. Il s'agit d'une maladie auto-immune chronique, caractérisée par une inflammation des articulations et des tendons. La plupart des patients doivent, pour y faire face, prendre des médicaments à vie. "Nous savions qu'un traitement rapide au stade précoce de la polyarthrite rhumatoïde permet de rapidement contrôler la maladie", indique le rhumatologue à la tête de l'étude, Patrick Verschueren (UZ Leuven). "C'est pourquoi nous avons développé il y a des années, avec des collègues néerlandais, la thérapie combinée nommée Cobra. L'étude a été axée sur l'allègement de la thérapie combinée et l'importance de la cortisone dans le traitement de base". Les patients ont été divisés en fonction de la gravité de leur maladie avant d'être répartis de manière aléatoire dans des groupes bénéficiant de traitements différents. Les chercheurs ont comparé le traitement Cobra classique, composé de plusieurs médicaments et d'une forte dose de cortisone, avec une version allégée constituée uniquement de méthotrexate et d'une dose de cortisone moindre (traitement baptisé "Cobra Slim"). Chez les patients à faible risque, le traitement Cobra Slim a été comparé à l'approche traditionnelle du traitement sans cortisone. Les résultats de l'étude montrent que, chez les patients à haut risque, le traitement Cobra Slim est tout aussi efficace que les traitements plus lourds et accompagnés de plus d'effets secondaires. Chez les personnes à faible risque, le nouveau traitement est plus efficace et produit des résultats plus rapides que l'approche sans cortisone. Selon les chercheurs, le Cobra Slim se révèle être un traitement initial approprié pour les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde débutante. Malgré les effets indésirables pouvant être provoqués par la cortisone, elle est anti-inflammatoire, calme rapidement la douleur et agit contre la maladie, ce que les traitements antirhumatismaux classiques peinent de plus en plus à faire. "En attendant que les médicaments antirhumatismaux comme le méthotrexate fassent leur effet, la cortisone permet de limiter à la fois les détériorations des articulations et les conséquences psychosociales de la maladie", soutient le docteur Verschueren. "Son utilisation stratégique dans un cadre temporel strictement défini permet de limiter les effets secondaires et, à long terme, de réduire sa quantité".