Un robot garde-malade ? Non merci !

12/09/18 à 13:21 - Mise à jour à 10:14
Du Plusmagazine du 23/08/18

Les robots vont chambouler nos vies dans les vingt-cinq années à venir, mais ils sont loin de plaire à tous...

70 % accepteraient de se faire opérer par un robot

Selon l'Eurobaromètre qui sonde régulièrement l'opinion publique au sein des Etats membres de l'Union européenne, seuls 44 % des Européens se sentiraient à l'aise sous le scalpel d'un robot. " Dans ce domaine, la Belgique dénote, commente Bram Vanderborght, professeur en robotique à la VUB. Dans le cas des robots chirurgicaux Da Vinci, par exemple, il y a certes un robot qui intervient mais c'est encore et toujours le chirurgien qui donne ses instructions. Soit la parfaite alliance entre l'expérience humaine et la précision robotique : l'homme prend les décisions, se montre flexible et créatif, tandis que le robot apporte la précision du geste et la possibilité de rectifier, grâce à ses capteurs, les éventuelles erreurs commises par le chirurgien. A l'avenir, les robots et l'intelligence artificielle (AI) pourront sans doute poser des diagnostics, grâce au fait qu'ils seront capables de lire des scans médicaux, mais je ne pense pas que nous verrons de sitôt un robot opérer de manière totalement autonome. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 2 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés de Plus Magazine bénéficient d'un accès illimité à tous les articles de Plusmagazine.be.

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires